Marche pour les victimes de la pyrrhotite: «On a réussi notre défi»

Quelque 3000 personnes, selon les organisateurs, ont participé... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Quelque 3000 personnes, selon les organisateurs, ont participé à la marche de solidarité envers les victimes de la pyrrhotite samedi.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La marche se voulait solidaire et apolitique. Si la solidarité était palpable parmi les milliers de personnes - 3000 selon les organisateurs - réunies pour soutenir les victimes de la pyrrhotite, la politique s'est rapidement invitée au coeur des slogans. Et les trois paliers de gouvernement furent interpellés. «Mon discours est politique, car ce sont aux politiciens de régler ça», a d'emblée lancé le maire Yves Lévesques sous un tonnerre d'applaudissement.

Une marche apolitique, donc, durant laquelle tous les partis politiques avaient promis de ne pas renchérir à coup de banderoles aux slogans de campagne. Seul le NPD n'a pas respecté la consigne, déployant un large panneau publicitaire aux couleurs du parti. Le vice-président de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP), Michel Lemay, a dû demander aux néodémocrates de remballer illico leur banderole. 

Les autres partis ont respecté à la lettre l'aspect non partisan de la marche. Et ils étaient nombreux au mètre carré les politiciens sous un soleil de plomb, tant députés provinciaux, fédéraux, maires de municipalités, que candidats à la prochaine élection fédérale. Pour le professeur à l'UQTR Jason Luckerhoff, lui-même aux prises avec un problème de pyrrhotite, non seulement Ottawa doit mettre l'épaule à la roue, mais qui plus est Québec ne doit pas débarquer du navire avant que toutes les fissures ne soient colmatées.

«Oui la marche souhaite revendiquer auprès du palier qui n'a rien fait jusqu'à maintenant, le palier fédéral, alors que le municipal a quand même fait en donnant un crédit de taxe sur les maisons un certain temps, en finançant la CAVP. Mais ce qui est important de dire, c'est que la subvention provinciale, elle n'a pas été reconduite. Donc, pour moi, la marche aujourd'hui [samedi] permet de revendiquer à nouveau auprès de tous les paliers gouvernementaux. Le provincial n'a rien annoncé pour reconduire la subvention», se désole M. Luckerhoff.

Un son de cloche repris par plusieurs participants, dont certains provenaient de la rive nord du Saint-Laurent et de Shawinigan. Pour Michèle Comtois et Denis Beauvilliers, deux résidents du secteur Lac-à-la-Tortue touchés par la pyrrhotite, le gouvernement fédéral dispose d'une bouée de sauvetage qu'il doit rapidement lancer aux gens «pognés à la gorge» par ce cancer du béton.

«On est bloqué, ça n'avance pas», estime Mme Comtois. «Le provincial pourrait en faire plus, même s'il en a fait une partie. Maintenant, c'est au fédéral de faire sa part», ajoute M. Beauvilliers. «En même temps, on trouve ça désolant que le maire Angers ne soit pas ici. Ça aurait été important qu'il soit ici par solidarité régionale, d'autant plus qu'il a refusé d'aider la CAVP. Qu'est-ce qu'il fait pour nous aider, nous?» conclut le Shawiniganais, qui a grandement apprécié le soutien reçu de la CAVP.

Jean-Guy Boucher a bâti sa maison durant la période propice à la présence de pyrrhotite dans le béton. Par chance, les fondations de sa demeure sont saines. S'il a décidé de marcher avec les citoyens moins chanceux que lui, c'est d'abord par solidarité, mais également pour que la voix populaire porte d'avantage, au moins jusqu'à Ottawa.

«Faut que le gouvernement fasse un pas. La pyrrhotite, c'est une catastrophe comme ailleurs. Ça devrait être une priorité parce que ça touche beaucoup de monde, ça touche la santé, ça touche l'habitat, ça touche le manger, ça touche tout. Il faut les aider, les victimes, c'est une priorité.»

Nouveau président à la CAVP

Le nouveau président par intérim de la CAVP, Alain Gélinas, signale qu'aucun plan n'est encore clairement dessiné pour la suite des événements, même si la mobilisation populaire de samedi lui donne bon espoir pour l'avenir. «Cette semaine ça été une semaine de fou, il a fallu se virer de bord très rapidement», avoue-t-il. «Le conseil d'administration va se réunir dans les prochains jours et on va continuer d'élaborer nos plans pour 2015 et 2016.»

Chose certaine, son organisme ne s'immiscera pas dans la prochaine campagne fédérale, d'autant plus que son président sortant, Yvon Boivin, a annoncé qu'il représentera les couleurs libérales. Un retrait du débat public tel que l'organisme a désactivé la fonction «commentaire» de son site Internet afin d'éviter les vendettas.

«On va rester neutre dans la campagne. Aujourd'hui on voulait interpeller le fédéral pour qu'il sache qu'il y a un problème en Mauricie. Je pense qu'on a réussi notre défi avec le nombre de personnes qui ont participé à la marche. Ça sera maintenant aux candidats de débattre. Je pense que ça va être un enjeu important dans la région», croit M. Gélinas. Voire un enjeu «capital», assure le député sortant Robert Aubin.

Le nouvel aspirant député, lui, laisse loin derrière la controverse soulevée à la suite de sa nomination à l'investiture libérale. Constamment épaulé lors de la marche de samedi par François-Philippe Champagne, candidat libéral dans Saint-Maurice, Yvon Boivin est convaincu que son passage dans l'arène politique donnera un nouveau souffle à la CAVP et permettra de soulever le dossier de la pyrrhotite dans les plus hautes sphères du pouvoir. «Maintenant, avec toutes mes connaissances et mon expertise, surtout avec les idées concrètes que j'ai pour le faire débloquer, le dossier...»

«On est d'abord ici pour les victimes», intervient aussitôt François-Philippe Champagne. «C'est sûr que lundi on va vous en dire plus, parce qu'aujourd'hui [samedi] on est là pour les victimes. J'ai rapporté mes observations à Ottawa et on est en train de travailler sur une position», termine M. Champagne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer