Demande d'aide pour la pyrrhotite: peu de réactions des municipalités

La campagne du carré gris et la marche... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

La campagne du carré gris et la marche du 30 mai sont des occasions pour les victimes de faire connaître leur drame.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) La Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite a placé, les 5 et 6 janvier derniers, une demande de soutien financier auprès de huit municipalités de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Deux ont refusé, Nicolet et Shawinigan. Trois autres, soit Bécancour, Saint-Étienne-des-Grès et Saint-Boniface, ont accepté. Champlain n'a pas donné suite à la requête. Louiseville et Yamachiche, après avoir procédé à des recherches dans leurs archives de correspondance, lundi, affirment ne pas avoir reçu la lettre de demande. La Coalition avait toutefois fait parvenir ce document par courrier recommandé et les lettres ont bel et bien été signées dans les bureaux municipaux sur réception.

Le président de la CAVP, Yvon Boivin, ne cache pas son découragement, face à ces trois seules réponses positives, parce que les besoins des victimes et de la Coalition, par ricochet, sont toujours aussi grands et la Coalition n'arrive toujours pas à répondre aux nombreuses demandes qui affluent chaque jour. «Il faudrait que nous soyons cinq personnes à plein temps. On n'arrive plus», indique-t-il.

Yvon Boivin estime que la population doit être solidaire des victimes de la pyrrhotite et cette solidarité commence par les maires, fait-il valoir.

La Ville de Trois-Rivières avait pris le leadership en octroyant 50 000 $ par année pour une population de 134 012 personnes, ce qui représente 1,12 $ par citoyen sur trois ans ou 0,37 $ par citoyen par année.

Étant donné la répartition géographique de la pyrrhotite qui a frappé davantage Trois-Rivières qu'ailleurs, la Coalition suggérait aux huit autres municipalités les plus touchées par la pyrrhotite un appui de 0,25 $ par année par citoyen pour trois ans.

À Nicolet, on parle de 2000 $ par année ou 6000 $ sur trois ans. La municipalité a refusé de fournir cette somme. Comme l'explique le maire, Alain Drouin, ce n'est pas nécessairement un refus définitif, mais après avoir eu deux rencontres avec la Coalition, ce dernier n'était pas certain d'avoir bien saisi les besoins de cette dernière. De plus, la municipalité ne compte que trois cas de pyrrhotite sur son territoire, dit-il.

À Shawinigan, on a refusé pour des questions de restrictions budgétaires, indique le porte-parole, François St-Onge et parce que le territoire ne compte qu'une vingtaine de cas.

Yvon Boivin fait valoir que le nombre de cas a peu d'importance, dans le contexte. L'idée derrière cette initiative, explique-t-il, était de susciter une solidarité régionale face à ce drame d'une ampleur sans précédant.

À Champlain, on n'a tout simplement pas donné suite à la demande, indique le secrétaire-trésorier, Jean Houde et la décision n'a même pas fait l'objet d'une résolution.

À Bécancour, on a accepté de donner 3200 $, hier, soit les 0,25 $ par citoyen demandés par la Coalition. L'aide sera renouvelable au besoin. Le maire, Jean-Guy Dubois, indique que la municipalité, où 30 cas de pyrrhotite sont survenus jusqu'à présent, a accepté de contribuer par solidarité. Le maire Dubois ne comprend toutefois pas l'attitude du gouvernement fédéral, dans cette histoire.

«Je ne peux pas m'empêcher de penser à ce qui s'est passé à Lac-Mégantic où l'argent (du fédéral) est entré au char», dit-il. «Comment se fait-il qu'à Trois-Rivières on dit que c'est un Act of God? Ça me dépasse un petit peu», dit-il. La Ville préfère toutefois ne donner que pour un an à la cause au cas où les prochaines élections fédérales changent la donne du côté d'Ottawa.

Devant ce faible soutien municipal, Yvon Boivin estime qu'il est d'autant plus important que les victimes de la pyrrhotite, leurs parents, leurs voisins, leurs amis, leurs collègues de travail et tous ceux qui ont cette cause à coeur viennent appuyer les victimes en participant à la marche de la solidarité, le 30 mai, à 9 h 30. Le départ est prévu de la Bâtisse industrielle à Trois-Rivières. Yvon Boivin espère avoir au moins 5000 personnes afin de démontrer, en particulier aux autorités du gouvernement fédéral, que la situation est grave et nécessite de l'aide financière.

Demandes de la Coalition aux municipalités

Bécancour

5130 $ par année

15 350 sur 3 ans

Contribution: 3200 $ pour un an renouvelable

Champlain

435 $ par année

1305 $ sur 3 ans

Contribution: N'a pas donné suite

Louiseville

1850 $ par année

5550 $ sur 3 ans

Contribution: Lettre égarée

Saint-Boniface

1150 $ par année

3450 $ sur 3 ans

Contribution: 1150 $ pour un an

Yamachiche

715 $ par année

2145 $ sur 3 ans

Contribution: Lettre égarée

Saint-Étienne-des-Grès

1090 $ par année

3270 $ sur 3 ans

Contribution: 3270 $ sur 3 ans

Shawinigan

12 530 $ par année

37 500 $ sur 3 ans

Contribution: refusée

Nicolet

2000 $ par année

6000 $ sur 3 ans

Contribution: Refus pour l'instant

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer