Pyrrhotite: un non définitif d'Ottawa

Le porte-parole de la Coalition d'aide aux victimes... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le porte-parole de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite, Yvon Boivin.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite a essuyé un non, cette fois définitif, de la part du gouvernement Harper, en réponse à la demande d'aide financière qu'elle implore depuis quatre ans au nom des victimes de la pyrrhotite.

La réponse est venue au cours d'une conférence téléphonique tenue jeudi dernier entre les représentants de la CAVP et des représentants de deux cabinets ministériels, dont celui du ministre fédéral de l'Emploi et du Développement social, Pierre Poilievre.

Les porte-parole du gouvernement ont réitéré à la CAVP que ce dossier est de compétence provinciale, a rapporté mardi le président de la CAVP, Yvon Boivin.

Ce dernier estime qu'il ne reste qu'une seule carte à jouer pour convaincre Ottawa de soutenir la région dans cette catastrophe nationale, «un des plus gros désastres à survenir au Canada», rappelle-t-il et c'est que des milliers de citoyens prennent part à la manifestation du samedi, 30 mai, en partance de la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, à 9 h 30.

«On s'attend à ce que tous les maires et tous les élus provinciaux et fédéraux de la région soient là», dit M. Boivin qui convie non seulement les familles des victimes à participer, mais aussi les amis, les voisins, les employeurs, les industriels, les entrepreneurs, bref, toute la région doit se mobiliser pour faire entendre raison à Ottawa, plaide M. Boivin.

Yvon Boivin raconte avoir plaidé à ses interlocuteurs que le gouvernement fédéral avait déjà ouvert un programme d'aide, il y a plusieurs années, lorsque la crise de la pyrite avait éclaté dans la région de Montréal. «On s'est fait répondre que les libéraux avaient alors empiété sur les compétences provinciales. Bref, il semble que ce fut une erreur, selon eux, d'aider le monde», ironise-t-il.

Selon lui, le gouvernement fédéral a l'obligation morale d'aider les gens de la Mauricie qui sont des citoyens canadiens, insiste-t-il. «Il est inacceptable qu'il laisse mourir les gens, qu'il les laisse vivre des problèmes psychiatriques à cause de cette crise», plaide-t-il alors que le gouvernement fédéral s'enrichit des taxes générées par cette catastrophe.

Yvon Boivin invite aussi la population à se procurer le carré gris, symbole de la solidarité dans cette crise, en se rendant sur le site de la CAVP, soit le cavp.info ou en se rendant au 500 rue Côte Richelieu. «Le gouvernement provincial nous aide, mais il n'est pas capable d'assumer seul le désastre», fait-il valoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer