Expo Habitat Mauricie: la pyrrhotite s'invite à la maison

Le Pod, à mi-chemin entre le camping et... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Pod, à mi-chemin entre le camping et le chalet, gagne en popularité au Québec.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Environ 12 000 personnes ont passé les tourniquets de la bâtisse industrielle de Trois-Rivières, en fin de semaine, pour visiter la centaine de kiosques présents à la 33e édition de l'Expo Habitat Mauricie. Parmi les exposants, la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP).

Pour son porte-parole, Yvon Boivin, il importait d'être sur place afin de renseigner la population sur la réalité de la pyrrhotite et les drames humains qui se cachent derrière les fissures de béton. D'autant plus que l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), région Mauricie-Lanaudière, leur avait offert une table bien positionnée, le tout sans frais de location.

«Grâce à l'APCHQ régionale, qui nous supporte dans notre cause, nous avons une belle opportunité de venir présenter la problématique de la pyrrhotite à la population et ainsi obtenir son appui, sa solidarité. Cela dit, durant la fin de semaine, les réactions ont été mitigées. Certaines personnes trouvent qu'on en parle trop, d'autres lèvent le visage lorsqu'ils nous voient, d'autres sont très sensibles à la cause», mentionne M. Boivin. À ses yeux, environ 60 % des personnes rencontrées se montrent attentives au message de la CAVP. Quant aux autres...

«Les autres nous regardent comme si on avait la lèpre. On comprend difficilement cette réaction-là. On se demande comment, dans une société comme la nôtre, les gens peuvent être aussi individualistes», se désole M. Boivin.

«Nous on pense qu'avec autant de familles affectées, on n'en parlera jamais trop. Nous avons comptabilisé jusqu'à présent dix suicides liés à la pyrrhotite, autant de gens qui n'ont pas été capables de passer à travers. C'est épouvantable! Il faut maintenant passer d'un portrait très froid de béton à un portrait très humain.»

Sur une note plus positive, une kyrielle de nouveautés étaient présentées au public en fin de semaine. Parmi les vedettes de ce salon, les chalets Pod, inspirés d'une cabane en bois au toit arrondi. Ce concept original en provenance d'Angleterre a fait tourner bien des têtes. Facile à déménager, préfabriqué en usine, donc installé en moins de deux heures, ce type d'hébergement situé à mi-chemin entre le camping et le chalet gagne en popularité au Québec.

«Les gens restent surpris lorsqu'ils visitent nos chalets. On s'inscrit dans la nouvelle tendance de la miniaturisation des maisons. On en vend beaucoup dans les campings. Au lieu de construire un gros chalet avec dix chambres, les campings achètent dix Pods et les louent comme des chambres d'hôtel», signale Marco Tremblay, propriétaire de la compagnie qui les construit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer