QS compte occuper le terrain de l'économie 

La co-porte-parole Manon Massé a énuméré plusieurs dossiers... (Photo archives La Presse canadienne)

Agrandir

La co-porte-parole Manon Massé a énuméré plusieurs dossiers économiques que prévoit aborder le parti, notamment au cours de la révision de la Loi sur les normes du travail.

Photo archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Québec solidaire (QS) prévoit occuper le terrain de l'économie à son retour à l'Assemblée nationale pour faire un pied de nez à ceux qui l'accusent de manquer de crédibilité dans le domaine.

Le caucus du parti se réunissait dimanche à Orford, en Estrie, pour discuter des sujets prioritaires en vue de la prochaine session parlementaire, qui s'amorcera le 19 septembre - près d'un an avant les prochaines élections générales.

En entrevue avec La Presse canadienne, la co-porte-parole Manon Massé a énuméré plusieurs dossiers économiques que prévoit aborder le parti, notamment au cours de la révision de la Loi sur les normes du travail - qui concerne 60 pour cent des travailleurs.

QS proposera notamment d'offrir quatre semaines de vacances minimales pour les travailleurs régis par la Loi sur les normes des vacances qui sont en place. En ce moment, les travailleurs de moins cinq ans d'expérience ont droit à deux semaines, mais lors de la dernière session, le premier ministre Philippe Couillard s'était montré intéressé à prolonger cette période.

QS exhortera aussi le gouvernement à mettre fin à l'obligation d'accepter les heures supplémentaires, et à augmenter le nombre de congés chômés payés.

Le parti reviendra également à la charge pour réclamer la hausse du salaire minimum à 15 $.

«Lorsqu'on aborde les questions économiques, on devrait se préoccuper de la détresse psychologique, de l'épuisement professionnel. Actuellement, on parle d'un travailleur sur quatre qui dit vivre la détresse psychologique», a affirmé Mme Massé.

«Ceux et celle qui, chaque jour, se lèvent pour permettre aux entreprises de créer de  la richesse, ceux et celles qui créent la richesse, on doit le reconnaître en leur donnant des bonnes conditions.»

Candidat pour être premier ministre

Les membres du caucus se sont aussi entendus en fin de semaine sur le processus qui servira à déterminer quel porte-parole sera candidat au poste de premier ministre.

Comme Québec solidaire a deux porte-parole, il faut choisir une personne qui deviendrait premier ministre ou première ministre advenant l'élection du parti.

Gabriel Nadeau-Dubois n'avait pas fermé la porte à l'idée, et Manon Massé a récemment annoncé son intention de briguer le poste.

Les membres auront à se prononcer sur la question, mais Mme Massé n'a pas pu révéler immédiatement les détails du processus, qui seront dévoilés «à brève échéance», a-t-elle dit.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer