Loi sur les hydrocarbures: «Ça n'a pas de bon sens», déplore Martel

Donald Martel... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Donald Martel

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Pour le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, l'adoption sous le bâillon du projet de loi sur les hydrocarbures, «ça n'a pas de bon sens».

«Il y a trop de choses dans le projet de loi. C'est vraiment un projet de loi fourre-tout où l'on parle d'exploitation des hydrocarbures et de transition énergétique au niveau des entreprises. Il aurait fallu prendre ça séparément. On est tout à fait d'accord avec la transition énergétique. Mais au niveau de l'exploitation des hydrocarbures, il y avait lieu de faire un débat beaucoup plus concentré là-dessus», a-t-il confié.

Du même souffle, il a réitéré la position de la CAQ par rapport à l'exploitation des gaz de schiste dans les basses terres du Saint-Laurent. 

«Nous, c'est sûr, actuellement, on n'est pas d'accord avec ça parce qu'il n'y a pas d'acceptabilité sociale. Et au niveau scientifique, on aimerait ça avoir plus de garanties. Ça aurait valu la peine de faire vraiment un débat clairement là-dessus», soutient celui qui n'appréhende pas une relance des hostilités sur cette question dans son comté.

Son plus «gros inconfort» se situe davantage au niveau des municipalités. «Elles ont toujours dit que la loi sur l'exploitation des mines était désuète parce qu'elle ne tenait pas compte des schémas d'aménagement. On reprend exactement la même formule à l'intérieur du projet de loi. Je trouve ça triste», déplore M. Martel.

Après 140 heures d'étude en commission parlementaire, les libéraux ont plaidé que les délibérations avaient assez duré et qu'il y avait urgence de mettre en place les outils législatifs de mise en oeuvre de la politique énergétique 2030.

Le texte législatif accorde notamment un droit d'expropriation aux entreprises pétrolières et n'encadre aucunement la fracturation hydraulique.

Autant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec et Québec solidaire ont exprimé leur opposition au projet de loi et à cette procédure de bâillon. 

La scission du projet de loi a souvent été réclamée pour que la partie sur la transition énergétique soit adoptée rapidement et que la section sur les hydrocarbures soit étudiée plus amplement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer