Amina Chaffaï quitte ses fonctions d'attachée politique de Julie Boulet

Après 15 années de loyaux services, Amina Chaffaï... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après 15 années de loyaux services, Amina Chaffaï tire sa révérence comme attachée politique de la ministre régionale, Julie Boulet.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, perd son bras droit de longue date. En effet, après 15 ans de loyaux services, son attachée politique, Amina Chaffaï, quitte ses fonctions, une annonce qu'elle a faite le jour même de son anniversaire.

«J'ai fait le tour du jardin. Je prends une pause. Ça va me faire du bien. J'ai des offres autant dans le privé qu'au niveau gouvernemental, mais ce sera pour plus tard», a-t-elle confié au Nouvelliste, quelques minutes avant de tirer sa révérence jeudi.

C'est à la demande d'organisateurs libéraux, et à la suggestion des troupes de Jean Chrétien auprès duquel elle avait été active, que Mme Chaffaï, alors consultante, s'était chargée de la toute première campagne électorale partielle de la députée de Laviolette en 2001. «Je ne la connaissais pas du tout. C'est comme ça que je suis restée», raconte cette militante libérale.

Or, celle-ci mûrissait son départ depuis un certain temps. Et il n'était pas question d'attendre aux prochaines élections.

«C'était trop long. Je lui ai annoncé ça dans les règles. On vieillit. C'est un travail exigeant, les semaines, les fins de semaine, les soirs, la représentation. Je suis quelqu'un qui aime beaucoup s'impliquer dans les dossiers. Quand on a une très bonne capacité de travail, on la dépasse. C'est une décision personnelle pour faire autre chose, mais pas tout de suite», a-t-elle ajouté.

Du même souffle, cette dernière affirme avoir «beaucoup aimé travailler avec Julie». 

«C'est une fille intelligente, intéressante, qui n'a pas peur du travail. Je ne serais pas restée avec quelqu'un qui n'est pas performant. On est deux pareilles. On travaille beaucoup, on s'implique dans les dossiers, on aime le monde. Une petite noire et une petite blonde», conclut celle qui veut maintenant rafraîchir son sous-sol à Saint-Étienne-des-Grès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer