Julie Boulet décroche la palme du silence

Julie Boulet... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Julie Boulet

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon une compilation de La Presse, tirée à partir du site de l'Assemblée nationale, le député de Champlain, Pierre Michel Auger, fait partie du top 10 des élus les plus bavards, avec 506 interventions, tandis que sa collègue de Laviolette, Julie Boulet, décroche la palme du silence, avec seulement 29 interventions.

Le quotidien montréalais a compilé le nombre de prises de parole de chaque élu au Salon bleu et en commission parlementaire depuis l'élection du gouvernement Couillard en avril 2014 jusqu'au 7 novembre dernier. 

En entrevue, Julie Boulet affirme que le début de cette période de recension des interventions correspond, à quelques mois près, avec la fin des audiences de la Commission Charbonneau. 

«Il s'agit de la période qui a suivi Charbonneau. Ce n'est pas compliqué. Cette période-là j'étais à l'Assemblée nationale tous les jours, j'ai fait les commissions parlementaires. J'ai fait mon travail, mais les interventions en chambre, je n'en ai pas fait», a-t-elle affirmé au Nouvelliste en précisant que les interventions ne sont pas obligatoires. 

«Je concentrais mon travail dans mon comté, tout simplement. [...] Je n'avais pas nécessairement le goût d'intervenir en chambre.»

Julie Boulet assure qu'elle n'a pas eu la directive de faire profil bas à la suite de son passage devant la Commission Charbonneau. 

Depuis qu'elle a été nommée ministre du Tourisme, Julie Boulet n'intervient guère plus souvent. Elle soutient qu'elle n'avait pas de projet de loi à défendre comme ministre, ce qui diminue grandement son nombre d'interventions en chambre.

Julie Boulet pourrait toutefois être davantage interpellée par des députés des autres partis lors de la présentation de la mise à jour de la loi sur l'hébergement touristique rendu nécessaire par les Airbnb de ce monde.

Sans surprise, fait-on remarquer, les ministres sont les plus sollicités lors des travaux parlementaires. Mais certains députés moins connus se révèlent aussi très actifs. C'est le cas du député Auger qui arrive au dixième rang provincial.

D'ailleurs, celui-ci fait partie d'un groupe sélect constitué du premier ministre Philippe Couillard, du président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, du leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, et de cinq ministres, dont Stéphanie Vallée et Gaétan Barrette, qui trônent au sommet du palmarès avec respectivement 783 et 753 interventions. Un seul autre simple député figure sur la liste, soit Guy Ouellette, en neuvième position avec 579 prises de parole.

«Je fais mon travail. J'ai ma Commission et on siège très souvent. La vie parlementaire est très importante», a commenté Pierre Michel Auger, expliquant qu'il est appelé à intervenir de façon régulière comme président de la Commission de l'aménagement du territoire, mais également comme membre de la Commission de la culture et de l'éducation. Et à cela s'ajoute l'étude des crédits.

De plus, celui-ci dit aimer poser des questions et s'intéresser aux préoccupations des citoyens. «Il y a différentes situations en commission parlementaire et les gens viennent y présenter leur mémoire», fait remarquer celui qui se distingue également pour son faible taux d'absentéisme lors des votes.

Parmi les députés de la région, Marc H. Plante, dans Maskinongé, arrive au second rang régional, avec 223 interventions. Mais c'est un député de l'opposition, Donald Martel, de la Coalition Avenir Québec, qui le suit, avec 193 interventions. Le représentant caquiste devance donc Jean-Denis Girard (177), de Trois-Rivières, Pierre Giguère (176), de Saint-Maurice et, évidemment, Julie Boulet (29).

«Mes amis de la Mauricie me donnent beaucoup d'occasions de défendre les dossiers de la région parce que, eux, ils n'interviennent pas beaucoup. C'est sûr que ça me donne des occasions d'intervenir souvent», souligne-t-il.

Au sein de sa formation politique, le député de Nicolet-Bécancour est chargé de veiller sur la rive nord. «Beaucoup de gens m'appellent pour des dossiers de la Mauricie, comme l'UQTR ou le transport scolaire. J'ai fait pas mal d'interventions par rapport à ça», donne-t-il comme exemples. Et c'est sans compter ses responsabilités similaires pour les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

«J'ai la chance de parler de beaucoup de dossiers parce que M. Legault m'en a confiés beaucoup, comme le développement économique régional, la stratégie maritime et le tourisme», signale le porte-parole du deuxième groupe d'opposition.

Critique justement de Julie Boulet en matière touristique, il admet avoir de bonnes relations avec sa collègue de la Mauricie et son approche «préventive» lui évite souvent de ramener des sujets à la période des questions.

«Même si on n'est pas dans le même parti, on veut tous défendre la région. C'est un peu le reproche que je faisais à Jean-Denis Girard. Il travaillait moins en collaboration que Julie. J'étais obligé d'intervenir plus souvent», raconte Donald Martel.

Finalement, ce dernier se dit tout de même surpris du faible nombre d'interventions de la députée de Laviolette. «Avant qu'elle soit ministre, elle était un peu à l'écart. Et comme ministre, elle n'a pas eu de dossiers chauds. Elle fait ça comme il le faut au niveau du tourisme», a-t-il conclu. 

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Interventions des députés

Pierre Michel Auger (506)

Marc H. Plante (223)

Donald Martel (193)

Jean-Denis Girard (177)

Pierre Giguère (176)

Julie Boulet (29)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer