Les péquistes de la région se rallient à Lisée

Le nouveau chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le nouveau chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) De nombreuses personnalités péquistes de la région lancent un appel à l'unité des troupes à la suite de l'élection de Jean-François Lisée à la tête de la formation souverainiste.

«Jean-François est solide au niveau de l'argumentaire et... (Archives, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

«Jean-François est solide au niveau de l'argumentaire et il a des idées. Tout ce que je souhaite, c'est que les gens se rallient, peu importe pour qui ils ont voté. C'est lui qui est chef. Pour moi, le dossier est clos.» -Guy Julien

Archives, Le Nouvelliste

«Philippe Couillard a devant lui un adversaire redoutable,... (Archives, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

«Philippe Couillard a devant lui un adversaire redoutable, habile.» - Yves-François Blanchet

Archives, Le Nouvelliste

Même s'il appuyait Alexandre Cloutier, l'ancien ministre péquiste Guy Julien se rallie à son nouveau chef, Jean-François Lisée. Il estime qu'il a les qualités nécessaires pour s'opposer au gouvernement de Philippe Couillard.

«Si les membres ont choisi M. Lisée, c'est qu'ils pensent que c'est lui qui a le plus de chances au Parti québécois de faire une opposition solide», a affirmé l'ancien député de Trois-Rivières. 

«Jean-François est solide au niveau de l'argumentaire et il a des idées. Tout ce que je souhaite, c'est que les gens se rallient, peu importe pour qui ils ont voté. C'est lui qui est chef. Pour moi, le dossier est clos.»

Guy Julien estime qu'Alexandre Cloutier a manqué de combativité dans son discours, notamment à la fin de la course à la chefferie. Celui qui partait pourtant favori dans les sondages, s'est finalement fait dépasser par un Jean-François Lisée avec le vent dans les voiles.

«Mais ce sont deux personnes brillantes. Je votais pour lui [Alexandre Cloutier], car je me disais que le parti devait se rajeunir», a ajouté l'ancien ministre péquiste. «Ça va prendre une autre étape, j'imagine.» 

De son côté, l'ancien ministre péquiste sous Pauline Marois, Yves-François Blanchet, a qualifié l'élection de Jean-François Lisée de «victoire nette». Il estime que le nouveau chef du PQ a connu une «ascension fulgurante».

«Philippe Couillard a devant lui un adversaire redoutable, habile», a-t-il affirmé quelques minutes après l'annonce de la victoire de Jean-François Lisée. 

L'ancien ministre croit toutefois que le mouvement indépendantiste est actuellement divisé sur la question de la souveraineté. Le mouvement devra se réunir pour pallier cette division, croit-il. 

«Dans l'intervalle, le PQ est une alternative de gouvernement social-démocrate cohérente pour 2018. Jean-François Lisée se sera montré très habile et rassembleur dans la victoire. Il a même repris des éléments de programme de ses adversaires», a affirmé celui qui est maintenant intervenant à la table de Les Ex à ICI RDI en précisant que le travail ne fait que commencer pour le nouveau chef du PQ. «Le vrai défi commence...»

«On a vu rapidement que Jean-François Lisée se... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 3.0

Agrandir

«On a vu rapidement que Jean-François Lisée se démarquait de ses adversaires.» - Luc Trudel

François Gervais, Le Nouvelliste

Même s'il avait annoncé publiquement qu'il soutenait Alexandre Cloutier, l'ancien député de Saint-Maurice Luc Trudel se réjouit au lendemain de la victoire significative de Jean-François Lisée au deuxième tour de scrutin. 

«C'est une victoire très claire. 47 % au premier tour, c'était à la surprise générale. La très grande majorité des gens croyait que ça serait très serré au premier tour. On a vu rapidement que Jean-François Lisée se démarquait de ses adversaires», a noté celui qui était à Lévis vendredi soir pour le dévoilement des résultats. «C'est un message clair et le ralliement est bien plus facile.»

Cette victoire «sans équivoque», selon les termes de Luc Trudel, permet d'unifier plus aisément les troupes. Les divergences de points de vue qui se sont manifestés lors de la campagne seront, dit-il, plus vite oubliées. 

«J'ai rencontré la plupart des candidats après le résultat. Ils étaient déçus, mais ils acceptaient le résultat», a ajouté Luc Trudel. 

Par ailleurs, le discours de victoire de Jean-François Lisée a été suffisamment rassembleur, croit l'ancien député de Saint-Maurice, pour justement rallier les péquistes qui ne l'avaient pas soutenu.

«Il s'est adressé directement à ses adversaires de la course. Il a dit les bonnes idées de ses adversaires et dit qu'il allait les faire avec eux. Il leur a dit qu'il leur réservait une place», a ajouté Luc Trudel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer