Le grand jour pour le Parti québécois

Le dévoilement du nouveau chef, choisi entre Paul... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le dévoilement du nouveau chef, choisi entre Paul St-Pierre-Plamondon, Jean-François Lisée, Alexandre Cloutier ou Martine Ouellet, aura lieu vendredi en soirée, à Lévis.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est le grand jour pour le Parti québécois, qui élira vendredi soir, à Lévis, son prochain chef. Au terme d'une course à la chefferie qui aura connu son lot de rebondissements, les militants feront leur choix qui, selon l'ancien député et ministre de la région Yves-François Blanchet, pourrait permettre au Parti québécois d'en sortir grandi.

«Le PQ pourrait en sortir gagnant si, au... (Francois Gervais) - image 1.0

Agrandir

«Le PQ pourrait en sortir gagnant si, au terme du vote, le ralliement est clair.» - Yves-François Blanchet

Francois Gervais

Toutefois, ce ne sera pas sans compter sur un ralliement fort des forces péquistes, croit M. Blanchet. Ce dernier, qui a troqué son habit de politicien pour celui d'analyste politique dans le cadre de l'émission quotidienne Les Ex à RDI, possède toujours sa carte de membre du Parti québécois, carte qui viendra à échéance dans quelques jours.

Malgré cela, le commentateur s'est abstenu de voter dans la présente course, et s'abstiendra aussi de dire qui, selon lui, ferait le meilleur candidat à la tête du parti.

«Le PQ pourrait en sortir gagnant si, au terme du vote, le ralliement est clair. Si l'on doit connaître une division, il faudra qu'elle soit très rapide. Il faudra un ralliement inconditionnel, mais également un geste d'ouverture de la part du gagnant, qu'il y ait une main tendue vers les autres camps le plus rapidement possible», souligne-t-il.

De son propre aveu, Yves-François Blanchet ne s'attendait pas à une course aussi serrée. 

«C'est d'ailleurs ce qui a fait que la course s'est envenimée. Quand le choix du successeur est clair, le débat ne ressemble pas du tout à ce qu'on a pu voir durant cette course. Mais c'est là que je pense aussi que le PQ va jouer son plus grand test de maturité, car les militants vont devoir se rallier et travailler ensemble jusqu'à la prochaine élection», explique l'ancien député et ministre.

«Mon choix s'est arrêté sur Jean-François car il... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

«Mon choix s'est arrêté sur Jean-François car il possède la meilleure expérience.» - Noëlla Champagne

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

«J'ai déjà placé mon vote pour Alexandre. Nous... (Francois Gervais) - image 2.1

Agrandir

«J'ai déjà placé mon vote pour Alexandre. Nous avons besoin d'un vent de jeunesse.» - Guy Julien

Francois Gervais

Des appuis pour Lisée et Cloutier

Dans la région, nombreux sont les anciens députés, anciens ministres et membres influents du parti qui ont donné leur appui soit à Alexandre Cloutier ou à Jean-François Lisée. 

Pour Alexandre Cloutier, notons le président régional du parti Martin Beaudry, ainsi que Yves Duhaime et Jean-Pierre Jolivet. L'ancien député de Saint-Maurice Luc Trudel lui donne également son appui, tout comme l'ancien ministre Guy Julien.

Dans les deux cas, ils soutiennent que le PQ est mûr pour un vent de jeunesse. «Il est temps de passer à une nouvelle génération. Nous sommes dans une société en mutation et ce qui est difficile, c'est le transfert d'une génération à l'autre. Ça pose de sérieuses questions et ça se reflète dans les institutions. Selon moi, Alexandre Cloutier est le candidat le plus rassembleur de la course», constate Luc Trudel. 

«J'ai déjà placé mon vote pour Alexandre. Nous avons besoin d'un vent de jeunesse. Alexandre est capable de rallier les militants avec un projet de société qui se tient», ajoute Guy Julien.

Par contre, plusieurs autres militants ont aussi donné leur appui à Jean-François Lisée, dont Yves Rocheleau, Paule Brunelle, Yves Beaumier et Claude Pinard.

De son côté, l'ancienne députée de Champlain, Noëlla Champagne, a offert son appui entier à Jean-François Lisée et est devenue responsable de son équipe électorale en Mauricie. Cette dernière croit bien que son candidat pourrait causer la surprise, alors que les sondages le donnent au coude à coude avec Alexandre Cloutier.

«Notre équipe a fait un très bon pointage en Mauricie et dans Nicolet-Bécancour. Les militants ont appris à découvrir Jean-François, à le connaître et à connaître ses qualités. Pour ma part, j'ai travaillé avec trois des quatre candidats sur les rangs, et je les connais tous bien. Ce sont tous des gens de qualité avec leurs forces. Mais je me suis demandée qui était la meilleure personne pour diriger le parti et faire face à Philippe Couillard lors de la prochaine élection.

Mon choix s'est arrêté sur Jean-François car il possède la meilleure expérience, l'argumentaire, les compétences et la capacité de débattre. C'est un gars qui connaît la réalité des régions, qui a vécu toute sa jeunesse dans les régions», mentionne Noëlla Champagne.

Du côté de Martine Ouellet, notons qu'elle a obtenu l'appui de l'ancien candidat péquiste dans Trois-Rivières, Alexis Deschênes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer