«Je fais cette course pour la gagner», dit Martine Ouellet

La députée de Vachon, Martine Ouellet, lors de... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

La députée de Vachon, Martine Ouellet, lors de son passage à Trois-Rivières.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Malgré qu'Alexandre Cloutier soit toujours en tête dans les intentions de vote de la course à la direction du Parti québécois, la candidate Martine Ouellet ne jette pas l'éponge. De passage dans la région samedi, elle s'est réjouie de l'augmentation de ses appuis populaires.

Le plus récent sondage réalisé par la firme Léger, Le Journal de Montréal et le journal Le Devoir, dont les résultats ont été publiés samedi, indique que la députée de Vachon récolte maintenant 18 % des intentions de vote, ce qui correspond à un bond de 11 % en trois mois. Le meneur, Alexandre Cloutier, a de son côté 39 % des appuis.

«C'est toute une croissance. Et je le sens sur le terrain, il y a un enthousiasme pour l'indépendance», a-t-elle lancé samedi matin quelques instants avant de prendre la parole devant une centaine de militants péquistes réunis pour l'occasion, dont l'ancien député et ministre Yves Beaumier. «Je fais cette course pour la gagner.»

Martine Ouellet croit que des partisans de Véronique Hivon, qui s'est retirée de la course pour des raisons de santé, se sont ralliés à elle. Cela expliquerait selon Mme Ouellet sa récente progression dans les sondages.

«On voit que le discours défaitiste des autres candidats, ce n'est pas de ça dont le parti a le goût», a-t-elle ajouté. «Le PQ a besoin d'un discours orienté vers le positivisme et l'avenir.»

La députée de Vachon a longuement parlé d'indépendance dans son allocution prononcée devant la centaine de militants. Elle a bien sûr réitéré son engagement de faire l'indépendance dans un premier mandat, si elle devient première ministre. «L'appui à l'indépendance se maintient. C'est une excellente nouvelle pour l'avenir», soutient-elle.

Martine Ouellet estime que le PQ a fait fausse route lors des dernières années, particulièrement lors de l'élection de 2014, en demeurant flou sur la souveraineté et les moyens pour y arriver. Or, elle souhaite être claire sur cette question en l'abordant amplement.

«La clarté d'assumer son indépendance et sa vision pour l'avenir du Québec, c'est ça qui fait la différence», croit-elle.

Par ailleurs, Martine Ouellet a rappelé qu'elle est contre le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada. Selon elle, l'indépendance du Québec permettrait au gouvernement de s'opposer à ce projet. «C'est au PQ d'assumer son leadership sur l'indépendance. Par exemple, pour le développement économique, il faut qu'on sorte du Canada pétrolier. Et pour toutes les énergies vertes, sur l'électrification des transports, on est bloqué par le Canada», dit-elle. «Ça prend notre indépendance, car c'est la seule façon d'avoir une voix dans les forums internationaux.»

De plus, elle dénonce les risques environnementaux que représente le projet Énergie Est.

«Imaginez les conséquences d'un déversement dans le fleuve Saint-Laurent ou dans la rivière Saint-Maurice, comme ce fut le cas en juillet dans la rivière Saskatchewan Nord.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer