Legault contre un salaire minimum de 15 $

François Legault s'est dit contre la proposition d'Alexandre... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Legault s'est dit contre la proposition d'Alexandre Taillefer pour un salaire horaire à 15 $ l'heure.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s'est dit contre la politique du salaire minimum de 15 $ l'heure et a interpellé Philippe Couillard afin qu'il s'investisse davantage dans le dossier d'Alcoa.

Lors de sa visite à Shawinigan, lundi, M. Legault s'est prononcé contre la récente proposition d'Alexandre Taillefer d'augmenter le taux horaire minimum à 15 $.

«Je ne pense pas que c'est une bonne idée», affirme-t-il. Le chef de la CAQ soutient qu'une telle mesure nuirait à l'emploi, particulièrement chez les jeunes où une forte proportion de ceux-ci travaillent au salaire minimum.

«L'inquiétude que j'ai si on appliquait la règle du 15 $ de l'heure comme salaire minimum, c'est que beaucoup de jeunes qui ont accès à des emplois à 10 $, 11 $ ou 12 $ de l'heure verraient leur emploi disparaître», souligne-t-il.

Selon M. Legault, si le salaire que les entreprises offrent à leurs employés est inférieur à 15 $ l'heure, c'est qu'il y a un manque d'emplois au Québec.

«C'est prendre le problème à l'envers. Si au Québec ou en Mauricie on avait beaucoup d'emplois, les employeurs seraient obligés d'offrir des salaires plus élevés pour attirer les travailleurs. Donc, le problème n'est pas le salaire minimum, le problème, c'est le manque d'emplois de qualité au Québec», assure M. Legault.

François Legault cible aussi l'état actuel de l'économie en Mauricie comme nécessitant plus d'appui de la part de Québec.

«Tous les pays font des efforts pour attirer le secteur manufacturier. Je crois que le gouvernement du Québec n'aide pas assez des villes comme Trois-Rivières ou Shawinigan. [...] Quand on voit que la région de la Mauricie a un revenu moyen 10 % plus bas que celui de la moyenne du Québec, il me semble que si j'étais au gouvernement, je commencerais à aider les régions», lance François Legault.

Abordant la question d'Alcoa, François Legault a dit ne pas comprendre pourquoi le premier ministre Philippe Couillard ne met pas plus d'efforts à consolider les liens entre le gouvernement du Québec et le producteur d'aluminium. À cet effet, il a relaté avoir eu une rencontre avec Martin Brière, le président du Groupe Produits primaires d'Alcoa, pendant laquelle M. Brière a évoqué la possibilité d'un investissement d'Alcoa de 1 milliard de dollars qui créerait 250 emplois au Québec.

L'entreprise espère une réduction des tarifs d'Hydro-Québec à laquelle les libéraux ont fermé la porte en mai dernier à moins qu'Alcoa ne lui présente un projet structurant pour l'économie québécoise. Un possible déménagement du siège social de l'entreprise est aussi étudié par Alcoa et Montréal fait partie des sites potentiels. Les opportunités sont donc là et le chef de la CAQ estime que le gouvernement du Québec ne peut pas les laisser passer.

Le fondateur de la CAQ a fait ces déclarations alors qu'il était de passage au Collège Shawinigan. Il a profité de sa venue pour visiter le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) et a plaidé pour un rapprochement entre les institutions post-secondaires québécoises et les entreprises.

M. Legault a fait ressortir le manque de brevets qui sont détenus au Québec et milite pour un plus grand transfert technologique entre les établissements d'enseignement supérieur et les entreprises.

«On a un bel exemple ici de ce que ça donne lorsqu'on se rapproche des entreprises et des entrepreneurs. [Le CNETE] a réussi à aider de nouvelles entreprises, a réussi à développer de nouveaux produits ou des nouveaux procédés qui vont permettre de créer des emplois et d'innover», indique-t-il.

Les dires de la directrice générale du CNETE, Nancy Déziel, vont dans le même sens alors qu'elle affirmait que le Centre a contribué à l'arrivée de l'usine Nemaska Lithium à Shawinigan.

Finalement, M. Legault s'est également dit préoccupé de l'intégration des nouveaux arrivants au Québec. En ce sens, il propose un transfert des pouvoirs en immigration d'Ottawa vers Québec afin de donner au gouvernement provincial plus de contrôle sur sa politique concernant les immigrants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer