Sylvie Roy meurt à 51 ans

La député Sylvie Roy s'est éteinte à l'âge... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La député Sylvie Roy s'est éteinte à l'âge de 51 ans.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil, La Tribune
Le Soleil

Véritable choc dans la classe politique québécoise, dimanche, alors que la députée indépendante Sylvie Roy est décédée à l'âge de 51 ans. La représentante de la circonscription d'Arthabaska avait été admise à l'hôpital au début du mois de juin, a annoncé son bureau.

La nouvelle est tombée en soirée, vers 20 h, prenant tout le monde par surprise. «[Mme Roy] a rendu l'âme cet après-midi à l'hôpital l'Enfant-Jésus de Québec où elle avait été admise au début du mois dernier à la suite d'un sérieux malaise. Depuis, son état n'a cessé de se détériorer», peut-on lire dans un message publié peu après 20 h sur la page Facebook et le compte Twitter de la politicienne.

Née à La Tuque, Sylvie Roy a terminé ses études en droit à l'Université Laval en 1987 et est devenue membre du Barreau en 1988.

Elle a été élue en tant que mairesse de Sainte-Sophie-de-Lévrard en 1999, avant de faire le saut en politique provinciale avec l'Action démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont.

Elle a été élue pour la première fois en 2003 dans la circonscription de Lotbinière, où elle a été réélue en 2007 et en 2008, puis dans Arthabaska pour la CAQ en 2012 et en 2014. Elle a claqué la porte de la CAQ à l'été 2015 pour siéger comme indépendante.

Les éloges envers son travail parlementaire ont envahi les réseaux sociaux dans les minutes suivant l'annonce de son décès. Des représentants de toutes les formations politiques ont salué «une femme de conviction» qui n'avait pas peur de «brasser les choses». Le drapeau trônant au-dessus de la tour centrale de l'hôtel du parlement a été mis en berne dès l'annonce du décès de la députée.

Elle est notamment reconnue pour sa lutte acharnée contre la corruption et pour l'intégrité. Ses pairs reconnaissent qu'elle a été la première à réclamer une commission d'enquête sur l'industrie de la construction, en 2009, alors qu'elle était chef par intérim de l'ADQ. La commission Charbonneau a finalement été mise sur pied en 2011.

«Je suis sous le choc. Pour moi comme pour l'ensemble de la famille de la CAQ, c'est une surprise totale. Nous sommes tous bouleversés», a réagi son ancien chef, François Legault, par voie de communiqué. «Sylvie Roy a été tout le long de son passage parmi nous une battante. C'était une passionnée qui était proche des gens et qui n'avait pas peur de se battre pour ses idées», a-t-il ajouté. «À 51 ans, Sylvie était beaucoup trop jeune pour partir. Mère de deux enfants, elle laisse dans le deuil de nombreux proches et amis, dont sa propre mère, Monique Jacob. C'est à eux que je pense aujourd'hui.»

«Mes pensées aux enfants, à la famille et aux proches de Sylvie Roy. Le Québec perd une femme de coeur et de conviction», a pour sa part déclaré le premier ministre Philippe Couillard, sur son compte Twitter.

Le Parti québécois a rendu hommage à Mme Roy par la voix du député Nicolas Marceau. Ce dernier garde le souvenir d'une «femme de terrain». «Au-delà de la force de ses convictions, c'est quelqu'un qui était proche des citoyens qu'elle représentait. Elle portait vraiment la voix de ses citoyens», a-t-il mentionné au Soleil.

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, s'est dit sous le choc lorsqu'il a appris la nouvelle du décès de sa voisine de circonscription. Le député a côtoyé Mme Roy plusieurs années et a vécu deux campagnes électorales en sa compagnie. «Je suis vraiment attristé de son départ. Même si elle n'était plus avec nous à la CAQ, on se parlait régulièrement. En plus de son flair politique, Sylvie était une bonne personne aimée de tous», a-t-il confié dimanche soir.

Le bureau du président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a été informé de la situation afin que les dispositions prévues en pareilles circonstances soient mises de l'avant pour la circonscription d'Arthabaska. Le bureau de circonscription sera fermé pour les prochains jours.

Avec la collaboration de Louis-Philippe Carbonneau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer