Les libéraux disent que tout va bien

Le premier ministre Philippe Couillard a réitéré que... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard a réitéré que les députés du Parti libéral étaient unis, malgré la tenu d'un caucus spécial alors que la session parlementaire tire à sa fin.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les libéraux de Philippe Couillard soutiennent que tout va pour le mieux dans le fonctionnement du gouvernement et qu'on aurait tort de conclure à un vent de panique au sein des troupes, en raison de la tenue, lundi, d'un caucus spécial en pleine fin de session intensive au parlement.

Le premier ministre Couillard estime que le Québec est déjà en période pré-électorale, en prévision du scrutin d'octobre 2018.

Au terme d'un caucus extraordinaire, en fin de soirée lundi, M. Couillard a dit, lors d'une brève mêlée de presse, que son parti était «déjà en mode pré-électoral» et que l'enjeu de la prochaine campagne électorale serait le développement économique.

Son caucus «regarde vers une victoire électorale en 2018», a dit le chef libéral en affirmant que ses troupes étaient plus unies que jamais.

Le caucus extraordinaire des députés libéraux, tenu lundi soir dans le cadre enchanteur du Manoir Montmorency, en banlieue de Québec, a pourtant ouvert la porte à toutes sortes de spéculations au cours des derniers jours quant à l'humeur des élus libéraux, après des semaines difficiles où le gouvernement s'est retrouvé sur la défensive dans plusieurs dossiers. Surtout que cette réunion des députés devait se tenir à l'abri des médias et loin du personnel politique, contrairement à ce qui se fait habituellement.

La rencontre a duré quatre heures.

L'événement, exceptionnel à ce temps-ci de la saison parlementaire, n'apparaissait même pas à l'agenda du premier ministre Couillard.

À leur arrivée, en fin d'après-midi, députés et ministres, plusieurs arborant une tenue décontractée, ont cherché à se faire rassurants, niant les rumeurs d'insatisfaction des députés, particulièrement envers l'entourage du premier ministre. La plupart s'en sont tenus à quelques brefs commentaires laconiques, fuyant rapidement les journalistes.

Tous ont fait valoir qu'il s'agissait d'un caucus «amical», qui donnait davantage de temps aux députés pour exprimer leurs points de vue, autour d'un repas. Ils ont indiqué aussi que la rencontre servirait à préparer la prochaine campagne électorale, attendue à l'automne 2018.

«On se prépare pour la prochaine campagne électorale. Ca va aller vite, dans deux ans», a commenté le ministre délégué aux Forêts, Laurent Lessard, se disant à la recherche du meilleur plan de match.

Il a dit que le caucus et l'entourage du premier ministre formaient «une famille» et que leurs relations devaient faire place à un «plan d'amélioration continue».

Le premier ministre Couillard a dit que l'expérience pourrait être répétée, compte tenu que les caucus «réguliers», tenus au quotidien, ne permettaient pas de parler de certains enjeux politiques. «C'est peut-être une habitude qu'on va prendre», a-t-il dit, lors d'une première mêlée de presse.

Il a soutenu que son caucus était soudé derrière lui et que le gouvernement, rendu à mi-mandat, allait continuer à appliquer son plan comme prévu. «On est très unis», a-t-il dit.

«Je ferais des caucus tout le temps si c'était possible», a commenté le député de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos, ajoutant qu'il n'y avait aucune crise au gouvernement.

Devant les micros et caméras, aucun député ou ministre n'a voulu identifier quelque problème de fonctionnement que ce soit au gouvernement ou quelque difficulté de communication entre le caucus et le cabinet du premier ministre.

«On est dans la bonne direction», a conclu le ministre des Finances, Carlos Leitao.

Il n'y a pas de raison de changer les façons de faire du gouvernement, selon le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

«Je crois que nous avons une très belle équipe et qu'on travaille très bien ensemble», a estimé la ministre Rita De Santis.

Questionnée à savoir si le gouvernement pouvait faire mieux, Mme De Santis a dit que «le gouvernement fait déjà très bien», en respectant ses promesses électorales.

Elle a dit aussi que l'accès au premier ministre était exemplaire.

«On aime ça être avec notre premier ministre», a indiqué de son côté la présidente du caucus libéral, Nicole Ménard.

Une poignée de manifestants a accueilli les députés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer