Décès de Jean Lapierre: tristesse dans la région

Le chroniqueur politique et ancien politicien Jean Lapierre... (Photo: PC)

Agrandir

Le chroniqueur politique et ancien politicien Jean Lapierre est décédé dans un accident d'avion mardi aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le décès du chroniqueur politique Jean Lapierre a créé une onde de choc au Québec, particulièrement dans le milieu politique de la région.

Le député de Bécancour-Nicolet-Sorel Louis Plamondon aura connu M. Lapierre dans toutes les facettes lors de sa carrière politique qui s'est amorcée en 1984. 

«C'est une surprise totale et un choc d'apprendre ça. Je connaissais très bien son épouse et ses enfants. Comme il assistait aux congrès politiques de tous les partis, on se côtoyait souvent. Je garde un très bon souvenir de lui», souligne le vétéran de la politique 

À ses débuts, c'est comme député de l'opposition et adversaire que M. Plamondon a découvert M. Lapierre, l'un chez le Parti progressiste-conservateur et l'autre chez les libéraux.

«On l'avait découvert dans l'opposition. Il avait des questions assasines. Il avait le don de tourner une réponse d'un ministre par une simple phrase ou une expression. Il avait un esprit vif et il était toujours très bien préparé. À 27 ans, c'était un politicien très redoutable», se rappelle le politicien, qui a ensuite uni ses forces avec M. Lapierre dans la fondation du Bloc Québécois dans la foulée du Lac Meech et de l'accession à la chefferie de Jean Chrétien.

«Il croyait à une réforme de la constitution canadienne, mais il n'était pas souverainiste. C'était un disciple de (Robert) Bourassa.»

L'ancien premier ministre Jean Chrétien a lui aussi rendu hommage à M. Lapierre, même si les deux hommes ont eu maille à partir chez les libéraux.

«Aline et moi désirons offrir nos sympathies aux familles, aux amis et aux collègues de toutes les victimes dont l'ancien député et ministre Jean Lapierre et sa conjointe Nicole. Que ce soit comme ancien collègue à la Chambre des communes, au Cabinet ou comme personnalité publique, Jean Lapierre s'est distingué par son grand attachement à la vie publique. Il était trop jeune pour nous quitter. Nous pensons particulièrement à ses enfants ainsi qu'à la mère de Jean qui doivent vivre des moments terriblement difficiles. Nos prières leurs sont destinées», a déclaré par voie de communiqué M. Chrétien.

Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque avait lui aussi de bons mots envers M. Lapierre, qui l'aura rencontré à plusieurs occasions. Alors chez les libéraux, M. Lapierre avait tenté de convaincre le premier magistrat de se présenter aux élections de 2006.

«C'était quelqu'un d'exemplaire. Nous nous étions vus lors du dernier budget, je mangeais au même restaurant qu'il était. Entre deux entrevues, il avait pris le temps de venir placoter avec moi. Il avait toujours son sourire coquin».

Plus de détails dans Le Nouvelliste de mercredi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer