Heurtel fait un lapsus en parlant des conséquences pour l'eau potable

Le ministre québécois de l'Environnement, David Heurtel.... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre québécois de l'Environnement, David Heurtel.

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
Le Nouvelliste

(La Presse Canadienne) Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a déclaré qu'il a fait un lapsus, mercredi, en affirmant que l'approvisionnement en eau potable de Montréal pourrait être compromis par tout retard dans des travaux qui sèment la controverse. En Chambre, mercredi, M. Heurtel a affirmé que le temps presse pour l'exécution de travaux qui nécessitent un déversement d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent, à Montréal.

Selon M. Heurtel, des experts des ministères de l'Environnement et de la Faune et d'autres scientifiques indépendants sont d'avis qu'à défaut de procéder, l'eau potable de Montréal pourrait être en danger. En se rendant ensuite à une réunion du conseil des ministres, M. Heurtel a soutenu qu'il avait commis un «lapsus» avec cette déclaration.

En Chambre, alors qu'il répondait aux questions de deux députés de l'opposition, M. Heurtel a pourtant répété ses propos. Selon le ministre, le déversement prévu de 8 milliards de litres d'eaux usées, rendu nécessaire à cause de travaux sur l'autoroute Bonaventure, est la seule option, bien qu'elle ne soit pas idéale.

«Si on ne va pas de l'avant avec cette solution-là dans les temps prescrits par les experts, c'est l'alimentation en eau potable de Montréal qui sera en péril», a-t-il dit, en réponse au Parti québécois. À la Coalition avenir Québec, M. Heurtel a précisé davantage ses propos.

«Il faut absolument faire ces travaux, a-t-il dit. Si on ne les fait pas, si ces travaux ne sont pas faits de la façon que les experts de la Ville de Montréal le disent, que les experts du ministère de l'Environnement le disent, les experts du ministère de la Faune le disent, les experts de la science, les experts et les expertes indépendantes, c'est l'approvisionnement en eau potable de l'île de Montréal qui est péril.»

Aux journalistes qui le pressaient ensuite de préciser, M. Heurtel a corrigé ses propos. «C'est un lapsus, c'est les eaux usées que je voulais dire», a-t-il dit sans s'arrêter.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer