La CAQ réclame la destitution du ministre de l'environnement

Le député Donald Martel... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député Donald Martel

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) La Coalition avenir Québec demande à Philippe Couillard de destituer son ministre de l'Environnement, David Heurtel, qui a autorisé la Ville de Montréal à déverser 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

«Le ministre est abîmé. Il n'a plus la crédibilité pour se mettre devant la Ville de Montréal. Nous avons la preuve qu'il est au courant de cette situation depuis avril 2014. Il est donc complètement inexplicable que nous nous retrouvions dix-huit mois plus tard devant cette obligation de polluer de façon majeure la principale source d'approvisionnement en eau potable de grandes agglomérations québécoises. Son incompétence a été trop souvent démontrée et son départ me paraît incontournable», a commenté le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

Son collègue caquiste Mathieu Lemay a indiqué que c'est la troisième fois que le ministre Heurtel faillit à sa tâche. Il a d'abord autorisé des forages au large de Cacouna malgré les risques pour les bélugas. Il a aussi donné son feu vert à la cimenterie McInnis, en Gaspésie, qui fera augmenter à lui seul les émissions de gaz à effet de serre du Québec de 6 %.

«Sa responsabilité première, c'est de s'assurer de la protection de l'environnement pour l'ensemble du Québec. L'autorisation qu'il a accordée en février d'autoriser le déversement de 8 milliards de litres d'eau, c'est totalement irresponsable. Ça pose un risque pour l'environnement et la santé publique», a dénoncé M. Lemay.

Le maire Denis Coderre et le ministre Heurtel ont toujours maintenu que la Ville n'a d'autre choix que de fermer complètement un intercepteur qui dessert six arrondissements pendant une semaine. L'opération servira à déplacer une chute à neige située sous l'autoroute Bonaventure, qui sera abaissée.

Le ministre Heurtel a toujours affirmé que l'opération annoncée par l'administration Coderre n'est «pas idéale». Mais il juge néanmoins «acceptables» ses impacts sur l'environnement. 

Plusieurs villes ont dit craindre pour leur approvisionnement en eau potable, même si Québec a toujours maintenu que celui-ci n'est pas menacé.

Le Parti québécois avait aussi réclamé la tête du ministre Heurtel en juin. La formation a appelé le gouvernement Couillard à ordonner la suspension du déversement d'eaux usées le temps que Québec étudie toutes les autres options.

En collaboration avec La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer