Sylvie Roy quitte la CAQ: «On a tout fait pour la supporter»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Coup de théâtre à l'Assemblée nationale. La députée d'Arthabaska, Sylvie Roy, quitte la Coalition Avenir Québec pour siéger comme indépendante alors que son parti la pressait de changer son comportement. Cette décision fait suite à une rencontre déterminante à ce sujet en début de semaine avec le leader parlementaire François Bonnardel.

Le whip de la CAQ, Donald Martel, a confirmé au Nouvelliste que la députée Sylvie Roy, originaire de La Tuque, avait «beaucoup de dossiers personnels à régler». Entre autres, il a évoqué des problèmes de discipline, d'assiduité et de ponctualité lors de travaux parlementaires ou, encore, d'activités partisanes.

«Notre approche fut extrêmement humaine. J'ai pleinement confiance à Sylvie. C'est une députée aguerrie. On a tout fait pour la supporter. En choisissant de quitter, elle prend une mauvaise décision d'un point de vue personnel. Ce n'est pas la voie que je lui aurais proposée», a confié le député caquiste de Nicolet-Bécancour qui, au moment de mettre sous presse, ne lui avait toujours pas parlé.

Se disant conscient que son parti n'est pas en position de perdre de députés, Donald Martel soutient néanmoins «qu'il faut être responsable». «On le fait pour le bien de Sylvie», affirme-t-il tout en précisant qu'on n'en était pas rendu à l'expulser du caucus. Ce qui ne l'empêche pas de conclure qu'il était «urgent de changer des choses et de régler des problèmes».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer