Course à la direction du PQ: un débat à Trois-Rivières

Les candidats à la direction du PQ: Pierre... (LA PRESSE)

Agrandir

Les candidats à la direction du PQ: Pierre Céré, Martine Ouellet, Alexandre Cloutier et Bernard Drainville (Pierre Karl Péladeau était absent)

LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

Cinq débats seront finalement organisés entre les cinq candidats au leadership du Parti québécois, un nombre qui ne tient pas compte des autres débats qui pourraient être organisés par d'autres instances que le PQ.

À la suite d'une réunion en haut lieu au parti, jeudi après-midi à Montréal, les cinq candidats - Martine Ouellet, Pierre Céré, Bernard Drainville, Alexandre Cloutier et Pierre Karl Péladeau - se sont dits satisfaits de l'entente qui est intervenue, bien que certains détails restent à peaufiner, comme la forme des échanges en duos ou à cinq.

Le premier de ces cinq débats organisés par le PQ aura lieu le 11 mars à Trois-Rivières, puis le 1er avril à Sherbrooke, le 15 avril à Québec, le 29 avril à Rimouski et le 6 mai à Montréal.

«Ce qui est important avec ces cinq débats, c'est que ça envoie un très beau message aux membres: vous êtes importants, c'est à vous ce parti-là, a dit M. Drainville. Les candidats, dans le fond, vont au-devant de vous pour vous dire un peu où ils veulent vous emmener, c'est quoi leurs idées, c'est quoi leur plan pour la souveraineté, pour l'indépendance. Alors, c'est un très bon signal à envoyer à nos membres.»

Interrogés à leur sortie de la réunion, les cinq candidats ont exprimé une certaine ouverture à participer également à d'autres débats qui pourraient être organisés par des institutions d'enseignement, par exemple, ou d'autres instances que le parti.

«La démocratie du Parti québécois, ça passe par les idées et ces débats-là sont des plateformes pour exprimer chacun nos idées. C'était vraiment

essentiel», a commenté Martine Ouellet. Elle s'est dite «certainement» prête à participer à d'autres débats.

«On est déjà submergés de demandes pour participer à toutes sortes de débats, a lancé M. Drainville. C'est évident qu'il va falloir un moment donné faire le tri là-dedans, mais on va essayer d'être le plus disponible possible pour les membres.»

M. Péladeau a semblé moins enthousiaste que les autres, mais s'est plié à la décision de bonne grâce. «C'est un peu compliqué la façon dont c'est organisé. Est-ce que les formules sont finales? Je pense que ça peut évoluer encore, parce que c'est pas simple, cinq débats avec cinq candidats pour essayer de couvrir le plus large nombre de sujets possible. Il y a beaucoup de logistique en arrière de tout ça; je ne m'en rendais pas compte. On s'y adaptera», a-t-il dit.

Pour ce qui est de participer à d'autres débats, «là, il y a la logistique; on verra comment ça va fonctionner. Honnêtement, ce n'est pas simple. On va faire de notre mieux», a répondu M. Péladeau.

Le député Alexandre Cloutier, qui représente la circonscription de Lac Saint-Jean, s'est félicité du fait que les débats ne soient pas tenus uniquement à Montréal et Québec. «Comme seul candidat qui habite les régions, c'était important pour moi qu'il y en ait. Je pense que le

président a fait preuve d'ouverture, a fait preuve d'écoute», a-t-il dit.

Pierre Céré, satisfait, a souligné le fait que non seulement des candidats comme lui revendiquaient la tenue d'au moins cinq débats au sein du parti, mais également des membres et des gens dans les régions. 

«On en arrive à une conclusion qui est heureuse pour tous et toutes», a-t-il dit.

Dans le cadre des cinq débats organisés par le parti, les questions «spontanées» des membres seront permises; elles devront toutefois être acheminées selon les règles.

Noëlla Champagne ravie

L'ex-députée de Champlain, Noëlla Champagne, était ravie d'apprendre que non seulement il y aura cinq débats entre les candidats de la course à la direction du Parti québécois, mais que le premier aura lieu à

Trois-Rivières au début du mois de mars.

«C'est décidé! C'est merveilleux, vous m'apprenez une excellente nouvelle. On s'en allait à notre conseil national en fin de semaine armés jusqu'aux dents. Il y avait quand même une logique. On avait de bons échos mais pas de confirmation. Trois-Rivières, ça allait de soi. C'était incontournable, on est quand même une grande région la Mauricie-Centre-du-Québec. On va partir à notre réunion le coeur allège», a-t-elle conclu en riant.

Avec la collaboration de Louise Plante

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer