Champagne: une empathie à maintenir pour la pyrrhotite

François-Philippe Champagne avait invité le premier ministre Justin... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François-Philippe Champagne avait invité le premier ministre Justin Trudeau à venir constater lui-même le drame de la pyrrhotite.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite se réjouit elle aussi de la nomination de François-Philippe Champagne à titre de ministre du Commerce international.

«Il y a une unanimité à laquelle on adhère. C'est une très bonne nouvelle pour la région», indique Michel Lemay, vice-président de la CAVP.

Ce dernier rappelle que M. Champagne avait agi promptement, dès le début de son mandat, pour obtenir une aide financière fédérale de 30 millions $ sur trois ans pour les victimes, un soutien que le gouvernement conservateur avait toujours refusé d'accorder.

M. Champagne avait même invité le premier ministre Justin Trudeau à venir en Mauricie pour constater l'ampleur des dégâts. «On reconnaît ce qu'il a fait», assure M. Lemay.

«On espère qu'il maintiendra son empathie et sa sensibilité envers les victimes», ajoute-t-il.

Même si M. Champagne avait annoncé par la suite qu'il n'y aurait plus d'autres sommes allouées dans ce dossier, la Coalition entend quand même réitérer ses besoins auprès de lui en espérant que le poids politique du nouveau ministre permette de délier une fois de plus les cordons de la bourse du gouvernement Trudeau.

«On est content qu'il soit ministre. On pense que ça peut aider, que ça va peut-être lui donner plus de poids pour continuer à faire avancer le dossier de la pyrrhotite. C'est sûr que ce sera un dossier parmi tant d'autres, mais c'est certain que la Coalition va continuer à rester en contact avec lui car nous maintenons notre objectif de réparer le maximum de maisons et de soulager les victimes», explique M. Lemay.

Le vice-président de la CAVP rappelle en effet qu'une aide financière totale de 82 millions $ a déjà été accordée ou promise par les gouvernements du Québec et du Canada. Même si cette aide est grandement appréciée, il n'en demeure pas moins que la somme d'argent nécessaire pour aider les victimes connues à cette heure se chiffre à quelque 500 millions $, voire 600 millions $, rappelle M. Lemay.

«On est satisfait d'avoir 30 millions parce que c'est mieux que rien, mais par rapport à l'ampleur de la tâche, on ne peut pas se satisfaire de ça sinon, il y a des victimes qui n'auront pas d'aide», fait-il valoir.

C'est cet automne que la cour rendra son jugement dans l'appel logé par SNC-Lavalin qui avait été condamnée par la Cour supérieure à payer la plus grande partie des dommages occasionnés par la pyrrhotite en Mauricie et au Centre-du-Québec.

En attendant la suite de la saga, les victimes bénéficient d'un soutien de 17 million $ récemment annoncé par Québec et des 30 millions $ sur trois ans accordés par Ottawa.

Comme le fait valoir M. Lemay, reste à savoir ce que SNC-Lavalin fera des conclusions de l'appel. Si l'entreprise perd à nouveau en cour et décide de porter sa cause en Cour suprême, les années continueront à s'écouler et les victimes auront besoin plus que jamais d'une aide temporaire pour réparer leurs maisons.

La Coalition compte aussi sur la nouvelle position politique de François-Philippe Champagne pour faire avancer le dossier de la norme sur la fabrication du béton. Michel Lemay rappelle que la norme actuelle est tellement floue qu'elle ne permet pas d'accoler les bonnes responsabilités aux bons joueurs, comme les carrières et les bétonnières, par exemple.

«Il faut que ce soit plus précis», martèle M. Lemay.

Il faut que le code de construction «donne des directives précises aux entrepreneurs, aux usines de béton et aux carrières pour que ce phénomène-là ne se reproduise plus», plaide le porte-parole des victimes de la pyrrhotite.

«C'est un travail de longue haleine que nous faisons de concert avec d'autres partenaires du milieu de la construction. Cette année ça fait partie de nos enjeux de faire avancer ça», précise-t-il.

La CCITR se réjouit de la nomination de François-Philippe Champagne

La Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières (CCITR) accueille très positivement la nomination de François-Philippe Champagne à titre de ministre du Commerce international.

Comme plusieurs autres personnes appelées à commenter son accession au cabinet des ministres fédéraux, le président de la CCITR, Pierre Mercier, croit que le député de Saint-Maurice-Champlain sera en mesure d'être encore plus proactif dans ses efforts pour défendre les intérêts de la région en ayant une place à la table ministérielle.

Il ajoute que cette nomination est grandement méritée en raison de son dynamisme et ses compétences.

Avec Mathieu Lamothe

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer