Forges du Saint-Maurice: un investissement qui serait justifié

Le site des Forges du Saint-Maurice mériterait aussi... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le site des Forges du Saint-Maurice mériterait aussi qu'on y investisse de l'argent, croit Robert Aubin.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'annonce, la semaine dernière, d'un investissement de 15 M$ au parc national de la Mauricie a grandement interpellé le député de Trois-Rivières, Robert Aubin, qui se demande aujourd'hui si un petit coup de pouce n'aurait pas aussi pu être donné au lieu historique national des Forges du Saint-Maurice.

Le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin.... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Bien que ravi de l'investissement consacré au parc national de la Mauricie, M. Aubin est d'avis qu'il doit maintenant questionner le gouvernement Trudeau, espérant aussi obtenir une part du gâteau pour les Forges. «J'ai très, très hâte que les travaux reprennent afin que je puisse questionner là-dessus. J'ai été très heureux d'apprendre l'investissement pour le parc, mais aussi surpris qu'on n'ait rien annoncé pour le site des Forges du Saint-Maurice», constate Robert Aubin.

Ce dernier estime qu'à l'aube du 150e anniversaire de la Confédération, moment où l'accès à tous les parcs nationaux et lieux historiques au pays sera gratuit pour toute l'année, il serait d'autant plus justifié de redonner un peu de vigueur aux Forges du Saint-Maurice, dont une partie de l'animation a été amputée lors des coupures budgétaires annoncées en 2012 par le gouvernement Harper.

Notons par ailleurs que les Forges fêteront leur 100e année d'existence en 2020, ce qui contribuerait également à la nécessité de leur offrir une petite dose d'amour et de leur redonner leurs lettres de noblesse, croit Robert Aubin.

Le député de Trois-Rivières est allé en vacances dans la région de Niagara-on-the-Lake, cet été, et s'est retrouvé à aller visiter le site de Fort-George, un lieu historique qui relate la guerre de 1812. «Si ce n'était de l'interaction avec les guides, les comédiens et les animateurs qui rend la visite très vivante, ce serait un lieu plus ordinaire. Mais c'est l'animation qui fait toute la différence et qui fait que cette visite a été très agréable. Selon moi, avec la montée de l'achalandage touristique que nous connaissons à Trois-Rivières depuis les dernières années, ce serait d'autant plus justifié», mentionne Robert Aubin.

Une offensive qui réjouit le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, qui aimerait bien lui aussi voir le site des Forges du Saint-Maurice en offrir un peu plus aux visiteurs et ainsi attirer davantage de touristes. «Ce serait légitime, car c'est un site extraordinaire qui fait partie de l'histoire de la Mauricie. Ce serait normal qu'on ait aussi notre part du gâteau et, selon moi, ça ferait encore plus augmenter l'offre touristique à Trois-Rivières, qui s'améliore d'année en année. Il y a là un potentiel touristique encore bien plus grand qu'actuellement, et le gouvernement aurait tout intérêt à réinvestir davantage», croit Yves Lévesque.

Bien que l'offre de guides-animateurs ait été amputée dès la saison 2013, notons tout de même qu'un service de visites de vulgarisation historique par l'entreprise trifluvienne Personare est disponible sur le site. Offert entre deux et quatre fois par semaine, tout dépendant de la période de l'été, le service n'est toutefois pas compris dans le prix d'entrée sur le site et les visiteurs doivent donc débourser un montant supplémentaire pour y avoir droit.

Lors de la dernière année de la présence des guides-animateurs aux Forges, en 2012, 10 000 personnes avaient franchi les tourniquets du site. L'an dernier, environ 6400 personnes avaient visité les lieux. «Nos statistiques risquent d'être supérieures à l'an dernier cette année, puisque nous avons déjà atteint ce nombre en 2016, et il nous reste encore deux fins de semaine, dont le long congé de la fête du Travail, qui est toujours une période achalandée pour nous», constate Martine Tousignant, responsable des relations publiques pour Parcs Canada en Mauricie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer