Réforme électorale: Robert Aubin tient sa consultation

Robert Aubin et Alain Soulard tenaient une consultation... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Robert Aubin et Alain Soulard tenaient une consultation sur le processus de la réforme du mode de scrutin au fédéral mercredi soir à Trois-Rivières.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une cinquantaine de personnes se sont réunies afin d'échanger sur la réforme du mode de scrutin qu'a promise le gouvernement Trudeau lors de la dernière campagne électorale.

Plusieurs ont donc répondu présent à la rencontre organisée par le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin, et son équipe. L'échange a été précédé d'un exposé sommaire des différents modes de scrutin présenté par Alain Soulard, professeur en sciences politiques au Collège Laflèche. L'objectif derrière cette rencontre était de connaître l'opinion de la population afin de soumettre un rapport au comité parlementaire qui se penche sur la question.

Trois modes de scrutin, reconnus comme étant les plus sérieux aspirants à remplacer le mode actuel, ont été décrits. Le mode proportionnel mixte, qu'endosse le représentant du NPD, ferait en sorte qu'une partie des députés seraient élus au pourcentage des voix exprimées.

Le mode préférentiel permet quant à lui à un gouvernement d'être élu seulement s'il atteint 50 % des voix. Le processus peut donc requérir plusieurs tours qui, chacun, éliminent les partis les plus faibles selon un pourcentage établi. C'est ce mode que privilégie le gouvernement Trudeau.

Finalement, le mode uninominal à deux tours est celui qui est en vigueur en France. On vote une première fois et si aucun parti n'a atteint 50 % des voix, les petits partis sont éliminés pour n'aligner que les gros. C'est donc le deuxième tour qui départage à la majorité simple.

Une fois cette présentation faite, les spectateurs ont été appelés à poser leurs questions ou émettre des commentaires sur la réforme. Les orateurs, MM. Aubin et Soulard, répondirent à leurs questions ou affirmations mais, bien des questionnements ne pourront être répondus que lorsqu'un projet de loi sera déposé.

Ainsi, certains se sont demandés comment les candidats du mode proportionnel seraient-ils répartis à travers les circonscriptions. D'autres se sont demandé si un pourcentage minimal des voix serait nécessaire afin d'éviter une multiplication des petits partis. Par contre, aucun n'a remis en question la pertinence de changer le mode de scrutin actuel.

Des interrogations ont toutefois été soulevées quant à la constitutionnalité de la chose, considération que les animateurs n'ont pas cru fondée bien que la Cour suprême ne se soit pas encore penchée sur ce dossier.

Qu'à cela ne tienne, malgré que la séance était organisée par un député du NPD, les spectateurs ne faisaient pas tous partie de ses électeurs. À preuve, un opposant de Robert Aubin aux dernières élections était présent et l'a interrogé sur l'étendue des circonscription dans son mode de scrutin favori.

Un autre spectateur lui a alors répondu, dans une question subséquente, «C'est peut-être le pays qui est trop grand!», après quoi de nombreux rires ont fusé dans la salle.

Comme quoi, même les souverainistes étaient représentés mercredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer