Ottawa remplace de nombreux ambassadeurs

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion....

Agrandir

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Signe que l'ère de Stephen Harper est bien terminée, le gouvernement de Justin Trudeau a procédé à plus d'une vingtaine de nominations diplomatiques, mardi. Mais Lawrence Cannon, l'une des figures de proue de l'ancien gouvernement conservateur et actuel ambassadeur en France, est épargné.

En entrevue à La Presse canadienne, M. Cannon a indiqué que le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, lui a confirmé ce printemps qu'il resterait en poste jusqu'à la fin de son mandat, soit mai 2017.

«Je termine mon mandat, qui est un mandat de cinq ans. Le gouvernement a jugé que je pouvais donc compléter mon mandat. C'est aussi simple que ça», a-t-il affirmé lors d'un entretien téléphonique, mardi.

M. Cannon a été nommé à Paris en 2012 par Stephen Harper, après avoir été notamment son ministre des Affaires étrangères.

Mais son passé dans les rangs du parti rival n'a pas poussé les libéraux à lui montrer la porte de sortie.

Selon M. Cannon, la tradition veut que le mandat de l'ambassadeur du Canada en France concorde avec celui du président de la République française. Le gouvernement Trudeau maintient donc cette coutume, qui mènera M. Cannon jusque vers la fin du mandat de François Hollande.

«La plupart des nominations sont des nominations politiques à Paris, et pour une bonne raison: parce que la France est un allié. Et l'idée qui avait été mise de l'avant à l'époque, c'était que l'ambassadeur accompagnera le président de la République durant son quinquennat», a expliqué M. Cannon.

«C'est comme ça qu'on a voulu faire la chose, puisque c'est dans l'intérêt du Canada de continuer jusqu'à la fin de ce quinquennat», a-t-il ajouté.

D'autres ambassadeurs nommés par les conservateurs n'ont pas eu l'occasion de terminer leur mandat. Dans les nouvelles nominations annoncées mardi, on compte notamment le remplacement de deux chefs de mission dont les nominations, jugées trop partisanes, avaient fait l'objet de critiques.

Ainsi, Vivian Bercovici, ambassadrice en Israël nommée en 2014 par le gouvernement conservateur, perd son poste au profit de Deborah Lyons, auparavant en Afghanistan. Mme Bercovici, une avocate de Toronto avec peu d'expérience gouvernementale ou diplomatique, tenait à l'époque une chronique dans le Toronto Star dans laquelle elle était très critique envers l'Autorité palestinienne. Sa nomination avait été mal perçue par plusieurs.

L'ambassadeur de Jordanie, Bruno Saccomani, qui dirigeait auparavant le service de protection de Stephen Harper, sera lui aussi remplacé, lui qui avait entamé son mandat en 2013. Ce sera un fonctionnaire de carrière, Peter MacDougall, qui lui succédera.

Parmi d'autres changements notables annoncés, on note que l'ex-premier ministre de la Colombie-Britannique, Gordon Campbell, cède sa place d'haut-commissaire au Royaume-Uni et en Irlande du Nord à l'ancienne greffière du Conseil privé Janice Charette.

Dans le communiqué annonçant ce changement de garde, Stéphane Dion signale que «ces nominations témoignent de la volonté du gouvernement du Canada de faire en sorte que ses chefs diplomatiques soient représentatifs de la grande diversité de la population canadienne et que la parité hommes-femmes soit respectée le plus possible». Ainsi, des 26 nominations, 13 sont des femmes.

Son directeur des communications, Joseph Pickerill, assure qu'il ne faut pas voir dans ces nouvelles nominations une volonté des libéraux de faire une croix sur les choix précédents des conservateurs. «Au contraire, cela fait partie du cycle normal», a-t-il indiqué. De nombreux mandats se terminaient cette année, et c'est durant l'été que les nouvelles nominations sont normalement annoncées, a-t-il précisé.

En janvier, Ottawa avait nommé David MacNaughton à titre d'ambassadeur du Canada aux États-Unis et Marc-André Blanchard aux Nations unies à New York. L'opposition avait alors critiqué des nominations jugées «partisanes», parce que tous deux avaient travaillé pour Justin Trudeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer