«Il faut en revenir», estime Louis Plamondon

Le député bloquiste, Louis Plamondon.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député bloquiste, Louis Plamondon.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon le vétéran à la Chambre des communes, Louis Plamondon, il y a plusieurs coupables dans le coudegate et il est temps de passer à autre chose.

«J'étais assis dans la dernière rangée, juste vis-à-vis d'où ça s'est passé. Le premier coupable, c'est le NPD qui a décidé d'obstruer la voie. C'est la première fois que je vois ça en 30 ans qu'on obstrue le passage d'un whip», a-t-il confié au Nouvelliste.

À son avis, Justin Trudeau est le second coupable dans l'affaire. «Un premier ministre ne doit pas faire de job de bras. C'est un manque de jugement et de maturité. La promptitude n'a pas sa raison d'être pour un premier ministre. C'est vrai qu'un PM ne doit jamais faire ça. Ce qu'il a fait, c'est tout à fait condamnable et ridicule», soutient le député bloquiste.

Pour celui-ci, l'attitude de Thomas Mulcair est également répréhensible. «Il l'a apostrophé et il l'a engueulé comme du poisson pourri. C'est aussi un geste d'agression que je n'accepte pas», a-t-il ajouté.

Selon lui, Justin Trudeau s'est excusé de façon «très correcte». «Je ne suis pas un libéral, mais je suis capable de voir les deux côtés de la médaille», avoue celui qui trouve que le NPD «a beurré épais» en parlant quasiment d'agression sexuelle. «Je n'ai jamais cru que M. Trudeau pouvait être un agresseur de femmes», renchérit le représentant de Bécancour-Nicolet-Saurel.

Et de son point de vue, le nouveau président de la Chambre a fait preuve de faiblesse en ouvrant la porte à un débat sur cette épisode de «brutalité». «Il vient un temps où il faut que t'arrêtes d'étirer l'élastique. À un moment donné, il faut en revenir. J'en ai vu des engueulades et des insultes en Chambre. J'ai vu des députés se bousculer dans les comités. Tout le monde s'excuse. On continue après, comme au hockey», a conclu M. Plamondon.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer