Mulcair toujours l'homme de la situation, selon Ruth Ellen Brosseau

Ruth Ellen Brosseau... (Le Nouvelliste)

Agrandir

Ruth Ellen Brosseau

Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) À moins de trois mois de la tenue du vote de confiance des néodémocrates envers le chef Thomas Mulcair, ce dernier peut miser sur l'appui de Ruth Ellen Brosseau.

Fraîchement réélue à titre de vice-présidente du caucus national des députés du Nouveau Parti démocratique, Mme Brosseau ne se fait pas prier pour vanter les mérites de M. Mulcair, lui qui devra se soumettre à ce vote de confiance lors du congrès du début du mois d'avril en Alberta.

«Tom Mulcair est un homme extraordinaire. J'ai confiance en son leadership. On l'a vu aller à la Chambre des communes. Il est capable de défendre les Canadiens», raconte la députée de Berthier-Maskinongé.

Réunis mardi à Montebello afin de participer à une rencontre stratégique, les membres du NPD ont analysé les raisons qui ont conduit à la dégringolade du parti à la dernière élection: 44 candidats du NPD ont été élus députés en octobre 2015, comparativement à 102 à l'élection de mai 2011.

Mme Brosseau estime que son chef a travaillé extrêmement fort durant la dernière campagne électorale. Selon elle, différents facteurs peuvent expliquer cet important recul en terme de députation.

«On était fort dans les sondages au début de la campagne. Mais à la fin, on voyait la vague libérale qui s'en venait. La longueur de la campagne a peut-être joué contre nous. On a fait beaucoup d'annonces au début de la campagne. Peut-être que ça a joué contre nous. Et le fait que les gens étaient tannés des conservateurs, peut-être que le vote stratégique a joué contre nous.»

Certains analystes politiques ont reproché au NPD d'adopter une position trop centriste dans l'espoir d'aller chercher des votes en dehors de leurs cercles de sympathisants habituels. Ruth Ellen Brosseau rejette cette idée du revers de la main.

«On avait une plateforme progressiste. Les garderies abordables, c'est une idée progressiste. Dans une élection, personne n'est à l'abri (d'une défaite). Il n'y a pas de comté sûr.»

Mme Brosseau se dit ravie de profiter à titre de vice-présidente du caucus national d'une confiance renouvelée de ses pairs au sein du NPD. Elle rappelle que les dossiers à débattre ne manqueront pas à la reprise des travaux de la Chambre des communes la semaine prochaine.

Baisse de la valeur du dollar canadien et impact sur le prix des aliments, femmes autochtones disparues ou assassinées, inégalités entre riches et pauvres et accords commerciaux sont sur la liste d'épicerie des néodémocrates.

Au niveau local, Ruth Ellen Brosseau a mis en priorité les dossiers d'Internet haute vitesse, du service de Postes Canada et du programme d'assurance-emploi. Mais le dossier qui trône sur la pile est celui de la pyrrhotite.

«On a eu une campagne électorale avec plein de promesses du Parti libéral. Le gouvernement fait ses consultations publiques pour le budget. Maintenant, ça prend une aide financière pour les victimes. C'est beau, les belles paroles. Mais ça prend de l'action avant la fin de l'année. Ce serait un merveilleux cadeau pour les victimes. Il faut que ça bouge cette année.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer