Déficits de 10 milliards $: un «objectif», dit Trudeau

Justin Trudeau a réitéré mercredi sa promesse de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau a réitéré mercredi sa promesse de renouer avec l'équilibre budgétaire en 2019-2020, mais pas celle de plafonner le montant des déficits annuels à 10 milliards $

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne

L'engagement de limiter à 10 milliards $ le montant des «modestes déficits» pour chacune des deux prochaines années financières est désormais présenté comme un «objectif» par Justin Trudeau.

Le premier ministre a réaffirmé mercredi sa promesse de renouer avec l'équilibre budgétaire en 2019-2020, mais pas celle de plafonner le montant des déficits annuels à 10 milliards $.

Il a insisté sur le fait que ces déficits devaient être perçus comme des investissements pour la classe moyenne et pour stimuler la croissance économique, qui a été anémique sous le précédent gouvernement conservateur.

M. Trudeau n'a pas voulu réitérer ce qu'il avait mis de l'avant pendant la campagne électorale, soit que le montant annuel des déficits en question serait de 10 milliards $. 

«On a toujours visé des déficits modestes, on a dit qu'on espérait que ça allait être autour de 10 milliards de dollars», a-t-il offert en conférence de presse à Ottawa.

«On va voir si on va pouvoir tenir à ce niveau-là», a ajouté le premier ministre Trudeau, ouvrant ainsi la porte à la possibilité que le niveau des déficits fédéraux puisse être plus élevé.

Le Parti libéral du Canada (PLC) a conçu sa plateforme économique en se basant sur le montant de 10 milliards. Justin Trudeau a refusé de parler d'un engagement brisé lorsque la question lui a été posée, mercredi.

Cette retouche au discours survient deux jours après que le ministre des Finances Bill Morneau eut reconnu que les revenus générés par la hausse d'impôt pour les plus riches ne suffiront pas à financer entièrement la baisse du taux d'imposition pour la classe moyenne.

Les députés ont voté à 230 voix contre 95, mercredi, en faveur d'une motion de voies et moyens visant à hausser le taux d'imposition des contribuables les plus riches et à réduire celui d'autres contribuables ayant un revenu moindre.

Cette refonte du régime fiscal des particuliers, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2016, coûtera 1,2 milliard $ au trésor public en 2016-2017, a spécifié lundi le ministre Morneau.

Le Directeur parlementaire du budget a récemment prévenu que le nouveau gouvernement doit s'attendre à des déficits déjà plus importants que ce qu'il avait prévu en raison de l'«affaiblissement de l'économie».

Dans ses Perspectives économiques et financières de novembre, Jean-Denis Fréchette a souligné que les libéraux auraient plus de mal à respecter leur promesse d'écrire un budget à l'encre noire en 2019-2020.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer