Le début d'un temps nouveau

Justin Trudeau a mené les nouveaux ministres à... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau a mené les nouveaux ministres à pied jusqu'à la résidence du gouverneur général pour la cérémonie d'assermentation.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Plutôt que d'accueillir un à un ses 30 ministres au sortir de leur nouvelle limousine de fonction, Justin Trudeau les a menés à pied jusqu'à la résidence du gouverneur général pour la cérémonie d'assermentation du conseil des ministres.

La mise en scène soigneusement orchestrée visait à envoyer aux Canadiens le signal que le 23e premier ministre de l'histoire du pays et son gouvernement incarnent le changement qu'ils ont promis tout au long de la campagne.

«Le gouvernement est à nouveau aux mains d'un conseil des ministres», a-t-il lancé à sa sortie de Rideau Hall, entouré des 15 hommes et 15 femmes qu'il venait de nommer.

En plus d'être paritaire, le conseil des ministres dont M. Trudeau a dévoilé la composition est très diversifié: il compte dans ses rangs deux Autochtones, quatre sikhs, une réfugiée afghane et deux députés vivant avec un handicap.

«C'est un grand plaisir pour moi de présenter un conseil des ministres qui ressemble énormément au Canada», s'est réjoui M. Trudeau sous les yeux des centaines de personnes qui avaient convergé vers le domaine de Rideau Hall pour assister à l'événement.

S'il s'est félicité d'avoir respecté sa promesse d'instaurer l'égalité hommes-femmes au sein de son conseil des ministres, le chef libéral a néanmoins signalé qu'il s'agissait en quelque sorte d'une évidence pour lui.

«Vous savez, on est en 2015», a-t-il simplement laissé tomber en guise d'explication, assurant au passage que les 184 députés libéraux qui ont été élus à l'échelle du Canada auraient aussi un rôle important à jouer au sein de son gouvernement.

Justin Trudeau, qui s'est dit ravi le soir de l'élection de voir le Québec faire «un véritable retour au gouvernement du Canada» en élisant 40 députés du Parti libéral du Canada (PLC), a gardé une place autour de la table du conseil des ministres pour six d'entre eux.

Il a confié au vieux routier Stéphane Dion le prestigieux ministère des Affaires étrangères. L'ancien chef libéral s'en est dit tout à fait honoré.

«Je suis fier d'avoir été choisi par le premier ministre pour représenter les intérêts du Canada à l'étranger comme étant le diplomate en chef du Canada. C'est un honneur immense», a affirmé M. Dion en point de presse dans le foyer du parlement en fin de journée, mercredi.

Le député Marc Garneau, qui siège dans les banquettes libérales depuis qu'il a remporté sa première élection en octobre 2008 et qui s'était présenté contre Justin Trudeau dans la course à la direction du parti, a pour sa part hérité du portefeuille des Transports.

Les quatre autres ministres québécois de Justin Trudeau sont de nouveaux venus dans l'arène politique fédérale.

Il s'agit de Marie-Claude Bibeau (Développement international et Francophonie), Diane Lebouthillier (Revenu national), Jean-Yves Duclos (Familles, Enfants et Développement social) et, sans surprise, Mélanie Joly (Patrimoine canadien).

Cette dernière, qui est responsable de la société Radio-Canada en tant que ministre du Patrimoine, a réitéré que les libéraux annuleraient les compressions budgétaires imposées à la société d'État par le gouvernement conservateur sortant.

«On a clairement dit qu'il était extrêmement important de réinvestir 150 millions $ (annuellement) dans Radio-Canada et CBC. Nous allons respecter notre promesse», a soutenu Mme Joly.

C'est l'Ontario - province où le PLC a remporté 80 sièges le 19 octobre dernier - qui a la part du lion au conseil des ministres avec 11 représentants, dont Bill Morneau, un homme d'affaires à qui Justin Trudeau a confié les rênes du ministère des Finances.

La nouvelle venue Catherine McKenna, tombeuse du député néodémocrate Paul Dewar dans Ottawa-Centre, a été nommée ministre de l'Environnement et du Changement climatique à l'aube de l'importante conférence de Paris sur le climat. Le vétéran John McCallum s'est pour sa part vu confier le ministère de l'Immigration, qui se nommera dorénavant ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Il doit livrer la promesse d'accueillir 25 000 réfugiés syriens au Canada avant la fin de cette année.

Sa collègue torontoise Chrystia Freeland a hérité du ministère du Commerce international. Ce sera donc elle qui aura à juger le Partenariat transpacifique, entente de libre-échange conclue par les conservateurs en pleine campagne électorale. Le ministère des Affaires autochtones et du Nord sera dirigé par une autre députée de Toronto, Carolyn Bennett, qui devra livrer l'autre promesse majeure du PLC: le déclenchement d'une enquête publique nationale sur les femmes autochtones assassinées et disparues.

L'ancien ministre des Finances et député de la Saskatchewan Ralph Goodale s'est retrouvé aux commandes du ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile, tandis que la Britanno-Colombienne Jody Wilson-Raybould a été nommée ministre de la Justice. Le portefeuille de la Défense se retrouve entre les mains d'un sikh, Harjit Sajjan, un lieutenant-colonel à la retraite qui a notamment servi en Bosnie-Herzégovine et en Afghanistan. Il devra gérer la fin de la campagne de bombardements aériens contre le groupe armé État islamique.

Quant à lui, Justin Trudeau a été assermenté mercredi non seulement comme premier ministre, mais également comme ministre des Affaires intergouvernementales et de la Jeunesse.

Durant la cérémonie qui s'est tenue en matinée, la veuve de l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau, Margaret Trudeau, a essuyé une larme en voyant son fils prêter serment à son tour.

Parmi les dignitaires qui assistaient à l'événement entre les murs de Rideau Hall se trouvaient les anciens premiers ministres Jean Chrétien, Paul Martin et John Turner, ainsi que les anciennes gouverneures générales Michaëlle Jean et Adrienne Clarkson.

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, était également présent.

À l'issue de la cérémonie d'assermentation, le premier ministre Trudeau a pris un long bain de foule. Il a été chaleureusement applaudi et abondamment photographié par la foule qui s'était massée le long du sentier piétonnier menant à Rideau Hall.

Le chef du PLC a ensuite dirigé son premier conseil des ministres au parlement, où convergeront dans environ un mois les députés de tous les partis, a confirmé en fin de journée le chef parlementaire des libéraux en Chambre, Dominic LeBlanc.

«La première décision que le cabinet a pris, c'était de ramener le Parlement le jeudi 3 décembre. On va commencer avec l'élection du président de la Chambre et il y aura un discours du Trône le lendemain», a-t-il signalé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer