Sort réservé à Champagne: Michel Angers déçu

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) «C'est sûr que je ne peux pas faire autrement qu'être déçu. Je m'attendais à ce qu'il soit nommé, d'autant plus qu'il est le seul entre Montréal et Québec. Il aurait pu faire partie de ce conseil des ministres».

Voilà comment le maire de Shawinigan, Michel Angers, a réagi au fait que le député libéral de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, n'ait pas accédé au premier cabinet Trudeau.

Du même souffle, le premier magistrat se dit conscient du régime minceur appliqué par le premier ministre du Canada.

«Et je ne suis pas contre la parité hommes-femmes», a-t-il tenu à faire savoir.

À son avis, le premier ministre Justin Trudeau a tenu compte «des anciens qui ont tenu le fort». «C'est sa décision d'avoir des super ministres. Probablement que M. Champagne aurait pu être nommé en raison de ses qualités. Mais ce n'est que partie remise», croit celui qui s'attend à ce que le député représentant sa ville puisse tout de même hériter de responsabilités importantes. Et le maire Angers se dit convaincu que M. Champagne «va faire le travail comme député et nous représenter parfaitement bien».

À défaut de pouvoir compter sur un ministre fédéral, il aimerait bien que la Mauricie récolte deux ministres provinciaux lors d'un éventuel remaniement de la part du premier ministre du Québec Philippe Couillard.

«Je vois d'un oeil très positif le retour de Julie Boulet, mais pas au détriment de Jean-Denis Girard avec qui j'ai une excellente communication et qui a toujours été très à l'écoute», tient-il à préciser.

Robert Aubin... (François Gervais) - image 2.0

Agrandir

Robert Aubin

François Gervais

Des collaborations possibles

Même si pour le député fédéral du NPD dans Trois-Rivières, Robert Aubin, un ministre permet d'avoir accès à la table des décideurs, l'exclusion de François-Philippe Champagne du cabinet Trudeau «n'empêche pas les collaborations possibles» qui ont déjà été abordées par les deux politiciens lors de «discussions à bâtons rompus».

«Et on aura toujours une voix pour les partis d'opposition car c'est possible de faire avancer les dossiers», affirme celui qui fut réélu le 19 octobre dernier.

En ce qui concerne la pyrrhotite, M. Aubin rappelle que les propositions de son parti étaient très claires alors que, dit-il, l'ouverture de Justin Trudeau ressemble plutôt à des voeux pieux.

Le député trifluvien souhaite le plus tôt possible la reprise des travaux parlementaires pour pouvoir interpeller le gouvernement libéral et discuter des dossiers tels que les femmes autochtones et les migrants.

Appelé à commenter la composition du conseil des ministres. M. Aubin trouve que la parité homme-femmes et le mélange expérience-nouveauté est de bon augure. «On verra à l'usage», a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer