Mulcair maintient qu'il s'agit d'une lutte à trois

Pour le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

Pour le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, l'actuelle campagne reste encore, à ce jour, une course à trois dans laquelle son parti peut sortir gagnant.

Photo: La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Saskatoon

À une semaine du jour du scrutin, Thomas Mulcair ne s'avoue pas vaincu et continue de prétendre que les Canadiens ont droit à une course à trois, en dépit des sondages qui laissent entrevoir qu'il a perdu pas mal de plumes.

Car les sondeurs sont loin d'être infaillibles, à ses yeux. «Moi, j'étais là en 2011. J'ai vu les mêmes compagnies de sondage qui nous mettaient à une semaine des élections en quatrième place au Québec», a-t-il lancé hier à Maple Ridge, en Colombie-Britannique.

Pour le chef du Nouveau Parti démocratique, l'actuelle campagne reste encore, à ce jour, une course à trois dans laquelle son parti peut sortir gagnant. «Moi, je sais que le NPD offre l'espoir de rompre avec une mauvaise habitude vieille de 148 ans: lorsqu'on est tannés des conservateurs, on est obligés de retourner aux libéraux et ainsi de suite», a-t-il dit.

Alors que fusaient les questions des journalistes sur comment il entendait renverser la vapeur, M. Mulcair ne s'est pas laissé ébranler, insistant sur l'importance pour les électeurs de saisir l'occasion qui s'offre à eux.

«Pour la première fois de l'histoire du Canada, un autre parti que les deux vieux autres partis est l'opposition officielle et forme un gouvernement en attente», a-t-il rappelé.

Et dans le rôle de l'opposition officielle, M. Mulcair juge avoir fait un bien meilleur boulot que les libéraux.

«Vous vous souvenez de Stéphane Dion? Vous vous souvenez de Michael Ignatieff?», a-t-il demandé un peu plus tard dans un rassemblement à Saskatoon, déplorant que ces deux ex-chefs libéraux aient régulièrement sauvé la peau du gouvernement conservateur minoritaire d'alors.

Pour se différencier de Justin Trudeau, qui semble avoir le vent dans les voiles, M. Mulcair a essayé de le mettre dans le même panier que Stephen Harper. Depuis plusieurs jours, il martèle que, comme le chef conservateur, M. Trudeau a voté pour la loi antiterroriste C-51, est en faveur d'une baisse d'impôt pour les grandes sociétés, souhaite que le projet de pipeline Keystone XL fonctionne.

Et surtout, le chef libéral s'est rangé derrière le premier ministre sortant dans le dossier du Partenariat transpacifique.

«Aujourd'hui, je veux dire directement à M. Harper et à M. Trudeau: pourquoi ne croyez-vous pas qu'un meilleur accord soit possible pour le Canada?», a-t-il demandé. Il affirme qu'il ne se sentirait pas lié à l'entente signée avec 11 autres pays et qu'il forcerait la renégociation du Partenariat.

Le point sur les garderies

Le chef néodémocrate a par ailleurs confirmé que ce serait à Québec de décider quoi faire de l'argent qu'un gouvernement du NPD lui verserait pour son système de garderies.

Le NPD a promis dans sa plateforme électorale de créer 1 million de places de garderies à travers le pays, au coût de seulement 15 $ par jour. Or, au Québec, le gouvernement de Philippe Couillard module dorénavant le prix des Centres de la petite enfance (CPE) et des garderies privées subventionnées en fonction du revenu des parents. Certains paient ainsi jusqu'à 20 $ par jour pour une place subventionnée par l'État.

Invité à préciser sa promesse, M. Mulcair a rappelé que son parti assure Québec d'un droit de compensation sans condition pour tout programme fédéral. Ce serait donc la province qui déciderait que faire du 800 millions $ de transfert que le NPD calcule comme étant la compensation pour son programme national de garderies.

En d'autres mots, si M. Couillard insistait pour un tarif à 20 $ alors que le reste du Canada disposait de garderies à 15 $, son choix serait respecté.

«Ce serait l'ultime ironie, c'est la seule province qui a un système de garderie complet, abordable, pour l'ensemble de la population», a noté M. Mulcair.

«Mais oui, c'est le Québec qui va avoir le dernier mot là-dessus», a-t-il ajouté.

Nouvelles publicités

Les néodémocrates lançaient hier une nouvelle publicité destinée au Québec, axée sur l'environnement. La publicité, au style graphique simple et direct, insiste sur la menace que représentent les changements climatiques. «Et que fait Harper? Il ferme les yeux. Tom, lui, comprend.» La voix féminine enchaîne en répétant un mantra que martèle M. Mulcair depuis plusieurs jours, soit que les néodémocrates n'ont besoin que de 35 sièges pour battre les conservateurs, contrairement aux libéraux qui en ont besoin d'une centaine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer