Un forum sur les enjeux autochtones

Le forum atikamekw a eu lieu, mercredi, à... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Le forum atikamekw a eu lieu, mercredi, à La Tuque. On voit François-Philippe Champagne du Parti libéral du Canada, Sacki Carignan-Deschamps du Bloc québécois, et Jean-Yves Tremblay du Nouveau Parti démocratique.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les candidats dans Saint-Maurice-Champlain ont eu droit à deux tribunes plutôt qu'une, mercredi, à La Tuque. Après la rencontre avec la communauté d'affaires, ils ont pu participer à un forum avec la nation atikamekw.

Les candidats ont eu à se prononcer, dans une formule question-réponse, sur plusieurs sujets, notamment le logement et les infrastructures, l'économie, la santé, l'emploi et les droits des autochtones.

Le candidat libéral a martelé les intentions de son parti à investir dans l'éducation et dans les infrastructures. «On mise sur l'éducation. On pense que c'est la pierre angulaire qui va favoriser le développement des premières nations», a affirmé François-Philippe Champagne. «On a un plan historique en infrastructures qui va permettre de faire du logement social, qui va permettre de faire plus de garderies, de rénover nos maisons de retraite. C'est exactement le genre de plan qu'on a besoin ici pour développer nos communautés», a-t-il ajouté.

Sacki Carignan-Deschamps, pour sa part, a mis l'accent sur la relation de nation à nation qui prime avec les communautés autochtones. De plus, elle a souligné que sa première action serait d'exiger qu'une enquête soit menée sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. Elle a également soulevé la possibilité que les autochtones n'aient pas ou peu de frais de transport. «Un des éléments intéressants, c'est de s'assurer que les autochtones puissent se déplacer sur le territoire canadien à peu de coûts. Il faut aller plus loin que le tarif préférentiel de Via Rail», a-t-elle souligné.

Quant au candidat néodémocrate, il a fourni bien peu de réponses à la nation atikamekw. Il a joué la carte de l'honnêteté en affirmant qu'il n'avait pas visité les communautés autochtones. Il s'est toutefois engagé à le faire. «Je n'ai jamais eu la chance de visiter vos emplacements dans le passé et de communiquer avec vous», a lancé Jean-Yves Tremblay dans son discours d'ouverture. Il s'est même excusé «de ne pas en savoir autant». Il a par ailleurs tout de même fait savoir les grandes lignes du NPD.

L'absence du candidat conservateur s'est fait remarquer. Les organisateurs du forum n'avaient reçu aucune réponse du candidat, ni affirmative, ni positive. Ce n'est qu'hier matin, alors qu'était présenté le débat de la Chambre de commerce dans le même établissement, qu'il a décliné l'invitation de la nation atikamekw, mentionnant au passage qu'il était retenu ailleurs. «Je ne suis pas surpris. [...] Je suis déçu qu'il n'ait pas accepté de se prêter à notre jeu. On voulait seulement entendre sa vision. Peut-être qu'il n'a rien à dire ou que son parti se fout de la question autochtone», a mentionné Constant Awashish, le grand chef de la nation Atikamekw.

«Les premières nations comptent»

Un autobus partira de La Tuque demain en direction de Montréal pour la marche «Les premières nations comptent». Les autochtones veulent se faire entendre, ils soutiennent que l'indifférence a assez duré.

«C'est une marche pacifique pour sensibiliser les gens à la question autochtone. On veut que les gens se sentent concernés. On tend la main à tout le monde pour travailler ensemble à l'avenir», a lancé le grand chef Constant Awashish.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer