Pierre Destrempes: contribuer à son coin de pays

Pierre Destrempes souhaite ramener la circonscription de Berthier-Maskinongé... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Pierre Destrempes souhaite ramener la circonscription de Berthier-Maskinongé dans le giron du Parti libéral du Canada

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) «Ça me fait chaud au coeur de voir que je pourrais contribuer à mon coin de pays.»

À écouter parler Pierre Destrempes, Berthier-Maskinongé représente beaucoup dans sa vie. Celui qui a vu le jour à Saint-Cuthbert il y a 55 ans est arrivé au sein d'une famille d'agriculteurs et de commerçants du secteur de Berthierville, mais surtout au sein d'une famille où on parlait souvent de politique en ayant un faible pour les rouges.

Ça tombe bien, Pierre Destrempes est candidat pour le Parti libéral du Canada dans la circonscription de Berthier-Maskinongé. Même s'il a une carrière bien remplie du côté de Montréal dans le domaine de l'immobilier, ce père de deux enfants âgés dans la trentaine affirme avoir toujours su que, si un jour il se lançait en politique, ce serait dans son coin de pays. Et nulle part ailleurs.

«J'ai toujours des parents à Saint-Cuthbert. Quand j'étais jeune, j'allais à la Caillette à Maskinongé. Je pêchais dans la rivière Chicot (à Saint-Cuthbert), je me souviens de l'arrivée de l'autoroute 40! Je me sens très attaché à cette place. C'est viscéral. Mon engagement est vraiment de cet ordre. J'ai travaillé ailleurs, mais mon carré au cimetière est à Saint-Cuthbert!»

La famille est un mot qui reviendra souvent durant l'entrevue accordée par M. Destrempes au Nouvelliste. La décision de se lancer en politique a d'ailleurs pris naissance durant une rencontre familiale tenue il y a deux ans.

«Une tante a dit devant tout monde: «Vas-y donc». Ma famille m'a dit qu'elle aimerait ça que j'embarque, qu'elle allait m'appuyer. La réflexion a débuté à ce moment-là.»

Bachelier en sciences politiques avec une spécialisation en politique internationale, M. Destrempes a étudié à l'Université de Moncton et à l'Université d'Ottawa, où sa passion pour le hockey et le football l'a guidé. Homme au verbe facile, il a oeuvré comme promoteur immobilier pour de grandes sociétés montréalaises durant une vingtaine d'années, toujours dans le secteur commercial. Son travail? Repérer des locataires potentiels et négocier avec eux les conditions de location.

Pierre Destrempes a été vice-président de la société Alexis Nihon de 1996 à 2006. Il a côtoyé le président de la société, le sénateur Paul Massicotte, bien connu pour ses relations avec l'organisation du PLC.

«Il y a eu des approches en 2004, rappelle M. Destrempes. En 2013, j'ai sollicité le Parti libéral du Canada pour le comté de Berthier-Maskinongé. J'ai commencé à faire des réunions. Il y a eu l'investiture en fin février et je suis devenu le candidat officiel.»

Pierre Destrempes est visiblement très fier de représenter le PLC dans Berthier-Maskinongé. Il estime que les valeurs véhiculées par ce parti ressemblent davantage aux valeurs d'une majorité de Canadiens.

«J'ai eu le privilège de voyager et je peux vous dire que l'image des Canadiens à l'international a changé. On se le fait dire. Avant, les gens disaient: «Ah, vous êtes Canadien!». Aujourd'hui, on se fait demander pourquoi ça a changé au niveau de la politique internationale, sur la question de l'environnement. On ne se reconnaît plus comme Canadiens. On voit des valeurs du Parti conservateur qui n'écoute pas les gens, qui ne veut pas nous parler. Le Parti libéral du Canada veut le contraire, soit écouter les gens. Je suis très à l'aise dans ce camp. J'ai le goût de travailler pour les gens.»

Il faut remonter en 1984 pour voir un représentant libéral dans la circonscription de Berthier-Maskinongé. Antonio Yanakis était alors le député du comté de Berthier-Maskinongé-Lanaudière jusqu'à l'élection des conservateurs en septembre de cette même année.

«Oui, le défi est costaud, reconnaît le candidat. Mais je suis très à l'aise avec la position du PLC, les valeurs de justice sociale du parti. Il y a une odeur de changement à Ottawa et notre programme se défend bien.»

Les trois dossiers prioritaires de Pierre Destrempes

• Le maintien de la gestion de l'offre est un dossier majeur pour Pierre Destrempes, ne serait-ce que pour la présence importante de l'agriculture au sein de la circonscription de Berthier-Maskinongé.

• À l'instar de son parti, Pierre Destrempes se dit favorable au projet d'oléoduc d'Énergie Est. Le candidat libéral rappelle que les Canadiens consomment toujours du pétrole et que le projet mérite d'être réalisé, mais le gouvernement a la responsabilité de s'assurer que le tout soit bien fait afin de sécuriser la population.

• Les services de proximité ont leur importance dans un milieu diversifié comme la circonscription de Berthier-Maskinongé et Pierre Destrempes prône le maintien de ces services, comme celui de Postes Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer