Centre fiscal: «une fausse annonce sur un faux dossier»

Sacki Carignan Deschamps... (Photo: Le Nouvelliste)

Agrandir

Sacki Carignan Deschamps

Photo: Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La candidate du Bloc québécois dans Saint-Maurice-Champlain, Sacki Carignan Deschamps, n'était pas à court d'inspiration pour commenter l'engagement du Parti libéral sur l'avenir du Centre fiscal de Shawinigan.

Elle dénonce ce qu'elle qualifie de campagne de peur, tout en invitant les électeurs à se souvenir des promesses en l'air et des scandales qui ont entaché cette formation politique au cours des dernières décennies.

Lundi matin, François-Philippe Champagne, accompagné de l'ex-premier ministre Jean Chrétien, a rassemblé près d'un millier de fonctionnaires du Centre fiscal pour garantir non seulement le maintien de ces emplois, mais également la rénovation complète de l'immeuble. Le candidat libéral veut aussi travailler à attirer de nouveaux services fédéraux à Shawinigan.

Tout ce branle-bas fait sourire Mme Carignan Deschamps.

«Aucun parti n'a remis en question les emplois du Centre fiscal», fait-elle remarquer. En fait, l'Alliance de la fonction publique du Canada exige un engagement clair du prochain gouvernement afin de ne pas revivre l'insécurité de 2012. De plus, il est acquis que des dizaines de millions de dollars doivent être investis pour rafraîchir l'immeuble, un signal qui consoliderait ces emplois.

«On est dans la rumeur», ajoute la candidate bloquiste. «Je trouve ça dommage qu'on sème l'insécurité chez les fonctionnaires du Centre de données fiscales. Faire une annonce de la sorte sur une rumeur, ça ressemble à un geste de désespoir.»

«Je pense que la population en a assez des campagnes de peur», poursuit Mme Carignan Deschamps. «Les gens ont envie qu'on travaille sur des dossiers qui sont sur la table et ce dossier ne l'est pas. De toute évidence, tous les partis sont d'accord pour réinvestir dans les infrastructures. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas réinvestir dans le Centre de données fiscales.

À quelle hauteur, ça reste à déterminer. Mais pour le reste,

c'est une fausse annonce sur un faux dossier.»

La candidate réitère, pour le Bloc québécois, l'importance de la décentralisation de la fonction publique à travers le pays, dont évidemment la présence du Centre fiscal de Shawinigan. Elle profite toutefois de l'occasion pour rappeler qu'à son retour comme chef libéral, Jean Chrétien s'était engagé à abolir la taxe sur les produits et services.

«On attend encore!», sourit-elle. 

Mme Carignan Deschamps considère qu'avant toute chose, les libéraux devraient promettre de rembourser certains montants d'argent.

«S'ils veulent prendre des engagements, qu'ils s'engagent à remettre les sommes qui ont disparu dans le cadre du scandale des commandites», suggère-t-elle. «Ils doivent savoir où elles sont...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer