«Un nouveau cycle politique commence» - Gilles Duceppe

Étant venu à la conclusion qu'il ne pourrait... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

Étant venu à la conclusion qu'il ne pourrait possiblement pas éviter une nouvelle déconfiture du Bloc québécois aux prochaines élections, Mario Beaulieu (à droite) a préféré céder sa place de chef à Gilles Duceppe. Ce dernier pressent un retour en force des indépendantistes.

Photo: La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Le Nouvelliste

(Montréal) Gilles Duceppe reprend le leadership du Bloc québécois, près d'un an après que Mario Beaulieu en ait été élu chef. Le retour de M. Duceppe à la tête du parti et à titre de porte-parole officiel a été confirmé mercredi matin, à Montréal, lors d'une conférence de presse à laquelle il participait aux côtés de M. Beaulieu. Ce dernier sera le président du parti.

Dans son allocution, Mario Beaulieu a expliqué que malgré ses efforts et ceux de ses collaborateurs, le parti aurait manqué de temps sous son leadership pour obtenir du succès aux élections générales de l'automne prochain.

«Gilles Duceppe a plus d'expérience et plus de notoriété que moi», a-t-il expliqué par la suite.

À son avis, une victoire du Bloc québécois est cruciale à tous les indépendantistes.

Il a assuré que c'est lui qui avait demandé à M. Duceppe de reprendre du service. La réponse positive a été entérinée mardi soir par le bureau national du parti.

Gilles Duceppe a dit que Mario Beaulieu a placé la patrie avant le parti et les individus.

«J'ai vu son courage, son sens de l'abnégation, ça m'a chamboulé», a dit l'ex-leader souverainiste.

«J'ai senti que j'avais cette responsabilité quand Mario me l'a demandé».

Il a ensuite invité les bloquistes qui ont quitté la formation à y revenir. Il a lancé le même message aux indépendantistes d'Option nationale et de Québec solidaire, après avoir dit que l'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois représentait un souffle nouveau pour ce parti.

«Un nouveau cycle politique commence», a répété M. Duceppe au sujet de ce qu'il voit comme un renouveau des deux formations souverainistes, le Bloc et le PQ.

Gilles Duceppe a reproché aux nombreux députés du Nouveau Parti démocratique (NPD), élus au Québec en 2011, de ne pas avoir défendu les intérêts de la province.

Il juge même qu'ils sont la cause de l'élection d'un gouvernement conservateur majoritaire.

M. Duceppe ne sait pas encore dans quelle circonscription il tentera de se faire élire.

«Rassurez-vous, je vais trouver une circonscription», a-t-il lancé le sourire aux lèvres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer