Yves Perron représentera le Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé

Yves Perron a été choisi par les membres... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Yves Perron a été choisi par les membres du Bloc québécois pour représenter la circonscription de Berthier-Maskinongé. M. Perron est ici en compagnie des deux autres candidats à l'investiture, Simon Murphy-Gauthier et Antonin Provost.

Photo: courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Berthierville) Après seulement un tour dans les boîtes de scrutin, les membres du Bloc québécois de la circonscription de Berthier-Maskinongé ont jeté leur dévolu, samedi, sur Yves Perron pour les représenter lors de la prochaine joute électorale fédérale le 19 octobre. M. Perron a battu au fil d'arrivée ses collègues engagés dans la course à l'investiture, Simon Murphy-Gauthier et Antonin Provost.

Nonobstant l'équipe conservatrice, qui n'a toujours pas dévoilé son poulain, les couloirs de la circonscription de Berthier-Maskinongé sont donc remplis. M. Perron confrontera ainsi ses idées à celles de la néo-démocrate et députée sortante Ruth Ellen Brosseau, ainsi qu'aux gants verbaux du pugiliste pour le Parti libéral, l'agent immobilier Pierre Destrempes.

À peine élu, le porte-étendard du Bloc ébauche déjà les grandes lignes du programme qui, espère-t-il, le portera maintenant jusqu'à un siège de député à la Chambre des communes. De prime abord, sur le terrain, il souhaite faire grimper le nombre de membres dans sa circonscription de 400 à 1000 d'ici les élections.

Plus concrètement, le candidat bloquiste escompte mettre de l'avant les dossiers de l'assurance-emploi, de l'accord économique paraphé par le Canada et l'Union européenne en matière d'agriculture, de la navigation des pétroliers sur le fleuve Saint-Laurent, de la problématique lié aux visas accordés aux travailleurs saisonniers, de l'accès à Internet haute vitesse «pour tout le monde», du vaste chantier pédagogique sur l'indépendance du Québec qu'entend élaborer le chef du Bloc Mario Beaulieu, ainsi que du projet d'oléoduc Énergie Est.

«Le Bloc québécois est le seul parti qui s'est clairement prononcé contre ce projet-là, parce que notre terre, notre eau, notre fleuve, ça n'a pas de prix», souligne M. Perron.

Malgré la députation famélique de sa formation politique à Ottawa, qui a fondu comme peau de chagrin lors des dernières élections, le professeur et candidat aspire à transformer en réalité «le souvenir d'un Bloc fort» à Ottawa. Selon ses premiers pronostiques, les indépendentistes fédéraux peuvent espérer faire élire au moins 30 députés à la Chambre des communes à l'automne. «Je pense qu'il y a même possibilité qu'on soit plus que ça», lance celui qui prend en exemple les 56 députés écossais nationalistes récemment élus à Westminster.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer