Le maire de Victoriaville se lance pour le Parti conservateur

Alain Rayes... (Archives La Tribune)

Agrandir

Alain Rayes

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne

Autre grosse prise pour les conservateurs au Québec: le populaire maire de Victoriaville se présentera à l'investiture du parti dans la circonscription de Richmond-Arthabaska, confirme jeudi une source conservatrice.

L'opération charme que mène le Parti conservateur depuis plusieurs mois a porté fruit, car Alain Rayes annoncera officiellement lundi prochain qu'il se lance dans la course, a indiqué cette même source, soulignant le rôle important qu'a joué le ministre Denis Lebel dans ce repêchage.

L'été dernier, lors de sa «tournée de la rentrée», le lieutenant québécois du premier ministre Stephen Harper avait fait un arrêt à Victoriaville pour rencontrer le premier magistrat.

Le ministre Lebel avait remis ça quelques mois plus tard, en février, débarquant cette fois avec du renfort, soit le chef conservateur, le ministre Steven Blaney et le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu.

La confirmation de l'entrée en scène d'Alain Rayes tombe pendant une semaine qui promettait d'être périlleuse pour les conservateurs avec l'ouverture du procès du sénateur déchu Mike Duffy. Elle aura finalement été fort réjouissante - à tout le moins, du côté du Québec.

Car l'annonce de la candidature du maire de Victoriaville survient quelques jours à peine après celle d'un autre candidat vedette: le député caquiste Gérard Deltell, qui briguera l'investiture conservatrice dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent, à Québec.

Et c'est sans compter que l'arrivée de ces deux grosses pointures pourrait aider à faire oublier le départ surprise du ministre Christian Paradis, qui avait pourtant été investi candidat dans Mégantic-L'Érable il y a de cela plusieurs mois.

Les conservateurs semblent avoir le vent dans les voiles au Québec depuis un certain temps, et au parti, on espère capitaliser sur la récente embellie dans les sondages afin de grossir les rangs de la modeste députation québécoise à la Chambre des communes.

«Nous sommes encouragés de voir que plusieurs personnes de qualité décident de se présenter pour nous. Ces candidatures indiquent sans aucun doute que les Québécois se reconnaissent de plus en plus aux valeurs du Parti conservateur telles que l'économie et la sécurité», a exposé Marc-André Leclerc, directeur adjoint aux communications de la formation politique.

Rien n'est cependant encore gagné dans Richmond-Arthabaska, même si la circonscription a été représentée par le progressiste-conservateur André Bachand entre 1997 et 2004.

Aux dernières élections fédérales de 2011, la lutte avait été serrée, mais le fils de M. Bachand, Jean-Philippe, qui se présentait sous la bannière conservatrice, était finalement arrivé en troisième place avec 24,7 pour cent des voix contre 32,5 pour le Parti libéral et 33,8 pour le député sortant, le bloquiste André Bellavance.

Ce dernier, qui a claqué la porte du Bloc québécois après avoir perdu la course à la direction au profit de Mario Beaulieu, a néanmoins annoncé qu'il n'avait pas l'intention de solliciter un cinquième mandat. Il représentait la circonscription aux Communes depuis 2004.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer