Nicolet part en guerre contre l'herbe à poux

L'herbe à poux.... (Photo Archives, La Presse)

Agrandir

L'herbe à poux.

Photo Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Cet été, la Ville de Nicolet veut créer un mouvement de masse pour l'éradication de l'herbe à poux et la tonte représente le moyen de contrôle le plus efficace.

«Nous souhaitons inciter les propriétaires d'entreprises et de terrains vacants à faire plusieurs tontes synchronisées à l'été 2017, plus particulièrement à la mi-juin et au début août», a fait savoir la directrice des communications, Aline Blais.

Le Service des travaux publics de la Ville de Nicolet participe au plan de contrôle des pollens allergènes. Ce projet est financé par le Fonds vert dans le cadre du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. 

Afin d'aider les citoyens à reconnaître la plante, la Ville distribuera au cours des prochains jours, dans tous les foyers et toutes les entreprises de Nicolet, un encart informatif présentant une image évolutive de la plante petite herbe à poux (Ambrosia artemisiifolia) et de la grande herbe à poux (Ambrosia trifida).

L'herbe à poux est souvent présente sur les terrains où il y a beaucoup d'activités de circulation, sur des voies non asphaltées, des aires de manutention ou de piétinement fréquent, comme les îlots de verdure ou les terre-pleins dans les stationnements. 

Les terrains situés le long d'une rue ou d'un trottoir sont aussi des endroits propices à l'implantation de l'herbe à poux. La plante s'y installe sur une largeur d'environ un mètre à raison du piétinement et de l'utilisation des déglaçants en hiver.

Par ailleurs, la Ville de Nicolet adaptera ses pratiques d'entretien des parcs, des espaces verts ainsi que des fossés, et réalisera des tontes à la mi-juin et au début août. De plus, la Ville réalisera deux périodes d'arrachage de l'herbe à poux dans les zones touristiques, c'est-à-dire à l'espace ZinZen (entre la rivière Nicolet et le parc Marguerite-D'Youville) et au parc écologique de l'Anse du port.

À chaque année, plusieurs citoyens ainsi que des travailleurs et des visiteurs sont affectés par la prolifération des pollens allergènes de l'herbe à poux, ce qui en fait un enjeu de santé publique. Une baisse de productivité et l'absentéisme au travail où à l'école sont des impacts documentés de cette allergie respiratoire d'août à octobre.

«Nous invitons les entreprises et les promoteurs immobiliers à se joindre au plan de contrôle des pollens allergènes et à nous faire part de leur participation. Ils pourraient être admissibles à une compensation financière. Pour plus d'information, on peut contacter André Labonté au 819 293-6901, poste 2231 ou Lucie Proulx, au même numéro, poste 1702», conclut Mme Blais.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer