Décontamination des sols: Québec investit 175 M$

Ce terrain doit accueillir prochainement une résidence pour... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ce terrain doit accueillir prochainement une résidence pour personnes âgées à Shawinigan. Il devra toutefois être décontaminé.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le gouvernement québécois investira 175 millions $ sur cinq ans pour décontaminer les terrains, un moyen pour lui de protéger l'environnement tout en stimulant l'économie locale. Avec son lourd passé industriel, Shawinigan entend bien profiter de l'aide de Québec pour décontaminer plusieurs terrains.

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante.... (Archives, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante.

Archives, Le Nouvelliste

Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, en a fait l'annonce dimanche matin en compagnie du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à Montréal.

Simultanément, une conférence de presse se tenait au centre Gervais Auto à Shawinigan avec entre autres l'adjoint parlementaire du ministre de l'Environnement, Marc H. Plante, la ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, et le maire de Shawinigan, Michel Angers. 

Dans cette enveloppe, 120 millions $ seront consacrés à réhabiliter les terrains contaminés appartenant à l'État. Les 55 millions $ restants seront réservés pour le programme ClimatSol-Plus, qui permettra aux municipalités et aux propriétaires privés de recevoir des subventions du gouvernement pour décontaminer un sol et y construire un parc ou une entreprise, par exemple.

Selon le ministre Heurtel, la valeur des terrains non utilisés au Québec représente actuellement 2 milliards $.

Le programme précédent qui était en place de 2007 à 2015, ClimatSol, qui comprenait un investissement de 60 millions $, a permis d'aider 265 projets de décontamination - ce qui équivaut à 295 terrains de football - et a généré des investissements de 1,6 milliard $

En Mauricie, le programme ClimatSol avait permis de mener à terme 22 projets de décontamination de sol. Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, indique que c'est pour cette raison que la partie régionale de la conférence de presse s'est tenue au centre Gervais Auto, où justement le terrain a été décontaminé avant la construction de l'amphithéâtre. 

«Ce qui est intéressant dans le programme ClimatSol-Plus, c'est qu'il y a deux volets. Il y en a un de 30 millions $ pour les grandes villes et un de 25 millions $ pour les terrains à forts impacts économiques dans les villes. Ce sont les villes qui vont appliquer au programme. On sait que Shawinigan et Trois-Rivières auront des projets à déposer», souligne Marc H. Plante. 

Shawinigan a en effet des projets sur la table. Le maire Michel Angers note entre autres que le terrain de l'ancien garage municipal ainsi que celui près de l'ancien aréna Jacques-Plante où sera construite une résidence de 300 chambres seront décontaminés. 

«Nous avons caractérisé 16 autres terrains à travers la ville. Nous allons évaluer le potentiel de développement économique de ces terrains. À partir du moment où nous aurons un projet pour s'établir sur ces terrains, nous allons faire la demande et procéder à la décontamination», explique-t-il. 

Par ailleurs, Québec a annoncé l'obligation pour les entreprises à risque de contaminer les sols d'avoir une garantie qu'elles peuvent procéder à la décontamination. «C'est pour éviter d'avoir des passifs environnementaux et des terrains qui restent contaminés comme ce que nous avons vu à Bécancour», ajoute le député de Maskinongé. 

Cette mesure est très bien accueillie par le maire de Shawinigan. Sa ville a après tout régulièrement connu dans son histoire des cas d'entreprises qui quittent sans avoir décontaminé les sols.

«C'est une excellente idée qui existe dans d'autres provinces. Nous avons évolué passablement. Nous sommes passés du pollueur qui ne se souciait absolument de rien et qui foutait le camp après avoir fait de l'argent au concept de pollueur-payeur. L'entreprise qui quitte a l'obligation de dépolluer le terrain», estime le maire de Shawinigan. 

L'annonce du nouveau programme a également été bien accueillie par les municipalités québécoises.

«Alors que plusieurs municipalités sont aux prises avec des terrains contaminés, elles auront désormais une plus grande marge de manoeuvre financière pour transformer ces terrains en opportunités de développement économique, tout en contribuant à la lutte contre les changements climatiques», a déclaré le président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Bernard Sévigny, par voie de communiqué.

Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer