Choisy à la conquête des insectes piqueurs

Isabelle Martin, présidente et chef de direction de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Isabelle Martin, présidente et chef de direction de GDG Environnement et Guy L. Trudeau, président et chef de direction de Laboratoires Choisy.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'entreprise Laboratoires Choisy de Louiseville a annoncé, jeudi, l'acquisition de 100 % des actions de GDG Environnement, entreprise trifluvienne spécialisée dans le contrôle des insectes piqueurs.

Le montant de la transaction privée n'a pas été dévoilé. Toutefois, le président et chef de la direction de Choisy, Guy L. Trudeau, assure que les deux entités conserveront leur nom et leur siège social respectif.

La présidente et chef de la direction de GDG, Isabelle Martin, indique que cette transaction maintiendra non seulement les emplois actuels, mais devrait créer de nouveaux emplois dans la région et permettre aux 300 employés saisonniers de l'entreprise d'avoir du travail à plus long terme.

Laboratoires Choisy oeuvre dans les solutions d'hygiène en matière de traitement des eaux usées, de déchets et d'odeurs de même que dans le domaine de la biochimie et de la biologie. «GDG deviendra le bras intégrateur de nos technologies», indique M. Trudeau.

GDG poursuit donc sa mission de lutte écologique contre les insectes piqueurs, mais pourra désormais étendre son expertise dans tous ces domaines.

Mme Martin a reconnu que GDG était convoitée, depuis quelque temps, par de nombreux acquéreurs et fonds d'investissement puisqu'elle connaît une croissance constante depuis plusieurs années, «mais le critère, c'était que l'entreprise reste ici», dit-elle.

Avec cette acquisition, Laboratoires Choisy se retrouve aussi propriétaire de la flotte d'avions et d'hélicoptères de GDG qui sert à l'épandage des larvicides et autres insecticides, de même que de sa filiale GDG Canada qui est basée en Ontario.

Le chiffre d'affaires actuel de GDG est de 10 millions $ et l'entreprise dessert plus de 40 municipalités au Québec sans compter ses activités en Ontario. Les activités de GDG pourraient donc connaître un développement majeur, au cours des prochaines années, puisque Choisy a des tentacules en Europe, indique M. Trudeau.

En conservant la mission fondamentale de GDG, Choisy accentue ses investissements dans le domaine des applications biologiques environnementales tout en contribuant à diversifier l'offre de GDG. Comme le rappelle M. Trudeau, le marché est à fort potentiel dans un contexte de changements climatiques et avec l'arrivée de maladies transmissibles par les moustiques comme le Zika.

Mme Martin rappelle que Laboratoires Choisy a une histoire de 70 ans et que GDG a germé entre les murs de l'UQTR, dans les années 1980, alors qu'une équipe d'étudiants travaillait avec les professeurs sur le contrôle écologique des insectes piqueurs.

«Ensemble, nous avons une centaine d'années d'expérience», se réjouit-elle.

Rappelons que la majorité des actions de GDG étaient détenues par le Fonds de solidarité FTQ et par Accès Capital.

«C'est une acquisition régionale par une entreprise régionale», se réjouit M. Trudeau. «On consolide des emplois et on envisage des plans d'expansion, autant pour GDG que pour Choisy», dit-il.

«Chez GDG, on cherchait une façon de se diversifier pour retenir nos employés saisonniers et permettre de créer une richesse économique à Trois-Rivières pour les employés de la région», raconte Mme Martin.

«On va se servir de notre réseau de clients mutuel», illustre-t-elle.

Il n'y a pas que Choisy qui convoitait GDG, reconnaît Mme Martin, mais «plusieurs fonds d'investissement», dit-elle sans nommer de noms.

Après un bref passage à la bourse, «nous avons travaillé très fort pour refaire notre portrait financier, se diversifier et faire une croissance. Nous avons eu une croissance de 20 % au cours des cinq dernières années. Plusieurs entreprises ont de la difficulté à maintenir leur chiffre d'affaires donc on est très content de ça», dit-elle.

«GDG est une filière à part entière de Laboratoires Choisy qui garde son entité, son siège social, son équipe de direction et sa mission. Nous apportons de nouvelles technologies chez GDG, on apporte des possibilités d'expansions géographiques et de clientèle», résume M. Trudeau.

«Il y a déjà de la technologie existante, à Louiseville, qui attendait GDG», indique M. Trudeau.

Parmi les 300 employés saisonniers embauchés chaque été par GDG, on compte des étudiants universitaires, rappelle-t-il, «donc, ce sont des possibilités futures pour ces gens-là d'avoir des emplois plus permanents éventuellement», dit-il.

Le traitement contre les insectes piqueurs «est un domaine scientifique très intéressant en termes d'opportunités d'affaires pour le futur. Ça génère des revenus. Ça génère de la rentabilité chez GDG. En même temps, c'est très niché comme spécialité.

On entend parler du Zika, on entend parler du virus du Nil. On devrait prendre encore plus de mesures préventives en rapport avec ça et ne pas attendre que les problèmes arrivent. GDG a des solutions. On va travailler à poursuivre le développement de solutions, mais au lieu d'avoir un développement étranger, là-dedans, il va y avoir un développement local», fait valoir M. Trudeau.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer