Terrains contaminés à Bécancour: une liste de 39 sites

Le chemin Louis-Riel est devenu le symbole de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le chemin Louis-Riel est devenu le symbole de toute cette saga entourant l'ancien site d'enfouissement de Recyclage Aluminium Québec.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

Un total de 24 sites contaminés, dont la moitié sont réhabilités entièrement ou compatibles à l'usage du terrain, et 15 lieux d'enfouissement, dont six sont toujours en exploitation.

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, se dit... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, se dit «très rassuré» par le portrait ministériel des terrains contaminés et lieux d'enfouissement situés sur son territoire.

François Gervais, Le Nouvelliste

Voilà ce que contient la présentation soumise le 1er février dernier à la Ville de Bécancour par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et dont Le Nouvelliste a obtenu copie.

Le document fut produit à la demande du maire Jean-Guy Dubois, dans le contexte des fameuses terres contaminées découvertes sur l'ancien site d'enfouissement de Recyclage Aluminium Québec.

En fait, il s'agit d'une synthèse d'information déjà existante et publique contenue dans le répertoire des terrains contaminés ou encore, celui des dépôts de sols et résidus industriels. Des relevés qui sont d'ailleurs accessibles sur le site Internet du Ministère ou le Registre foncier du Québec.

Dans la mise en contexte, on y fait mention que l'ensemble des résidences du territoire de la Ville sont desservies par un réseau d'aqueduc municipal à l'exception de celles situées sur le chemin Louis-Riel.

On sait que la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour est disposée à acheter les propriétés environnantes aux terres contaminées. Les résultats d'une firme professionnelle d'évaluation seront combinés à l'évaluation municipale pour présenter une éventuelle offre d'achat aux propriétaires concernés. Dans le cas d'un refus, ce sera le statu quo.

À la lumière des informations reçues, le maire Dubois est d'avis que Recyclage Aluminium Québec est un «cas unique». «Je suis très rassuré. Les mauvaises surprises, on n'est pas supposé en avoir d'autres. On a cette garantie-là du ministère de l'Environnement», a commenté le premier magistrat.

Actuellement, un lieu d'enfouissement connu sous le nom de Silicium Bécancour est convoité par Gestion 3LB, sur la rue du Chemin de fer. Le promoteur veut s'en porter acquéreur pour le décontaminer de sa fumée de silice.

«Ce qu'il contient est très léger comparativement à Recyclage Aluminium Québec», précise M. Dubois. Une rencontre a eu lieu avec la Ville et la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour pour la vente potentielle de ce terrain, qui ne fait plus l'objet de suivi environnemental depuis 2012.

La même entreprise, Gestion 3LB, exploite un site d'enfouissement technique sur la rue Cournoyer. C'est elle-même qui en assure le suivi environnemental. Sa société mère, Enfoui-Bec, apparaît à six reprises sur la liste des lieux d'enfouissement, mais à une seule adresse, sur la rue Gauthier. 

On y apprend que le site d'enfouissement de déchets industriels est toutefois fermé depuis 1986, tout comme ce fut le cas, 23 ans plus tard, du dépôt de matériaux secs et du lieu d'enfouissement de déchets spéciaux, et ce, dans le respect des normes.

Mais la compagnie y exploite toujours un lieu de traitement de sols contaminés, en plus de les enfouir. Par ailleurs, on note la présence de chlorures dans les eaux souterraines par rapport au lieu d'enfouissement de pâtes et papiers. 

Même phénomène du côté de l'ancien dépotoir de la CIL à Bécancour, un site fermé et revégétalisé en 1977, devenu un lieu d'enfouissement de déchets industriels pour Olin Canada. Cette dernière société possède un autre lieu d'enfouissement technique et un ancien site d'enfouissement situé sur le terrain de l'usine, qui fut fermé et revégétalisé.

Par ailleurs, le lieu d'enfouissement de boues industrielles, qui porte le nom de Norsk Hydro Canada, fait l'objet d'un suivi environnemental par Gestion 3LB. Et un ancien lieu d'enfouissement de Silicium Bécancour fut fermé et revégétalisé en 1978 conformément aux réglementations applicables.

Si la requête initiale du maire Dubois visait uniquement les sites d'enfouissement, le Ministère lui a aussi fourni la liste des terrains contaminés qui, sans surprise, sont surtout situés dans le parc industriel et portuaire de Bécancour. Mais le tout est compatible avec l'usage des lieux.

Par exemple, on y découvre que l'ancienne usine de Recyclage Aluminium Québec, dont la bâtisse doit être vendue à l'enchère publique pour défaut de paiement des taxes le 22 février prochain, à moins de régler d'ici là une facture de 56 751,78 $, a reçu un avis de contamination des sols le 31 mai 2013 pour un volume problématique de 665 mètres cubes en cuivre et nickel.

En ce qui concerne l'ancien site d'enfouissement de cette entreprise, le processus d'enquête administrative et la mise en oeuvre d'actions se poursuivent. Le mandat d'enquête sur la gestion du dossier a été donné à la Direction de la vérification interne et des enquêtes administratives du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Un plan d'action comportant des volets d'enquête, de gestion du site, de surveillance des eaux, de restauration du site et de communication a été mis en place. «Le MDDELCC a pris le site en charge et pose les actions requises», assure le relationniste du Ministère, Clément Falardeau.

Ce dernier rappelle que le site fait l'objet d'une surveillance. Le MDDELCC procède également à une surveillance intensifiée de la qualité de l'eau potable et il en sera de même pour les eaux souterraines et les eaux de surface.

«En matière de restauration du site, une solution permanente pour restaurer le site et faire cesser les rejets de contaminants dans la nappe phréatique est recherchée. Notre priorité est et sera toujours de s'assurer de la santé et de la sécurité de la population ainsi que de la protection de l'environnement», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer