Achat des propriétés près des terres contaminées: une nouvelle bien accueillie

Jean-Guy Pinard considère comme une bonne nouvelle la... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Guy Pinard considère comme une bonne nouvelle la volonté de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour d'acheter les propriétés du chemin Louis-Riel situées près des terres contaminées.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bécancour) La volonté de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour d'acheter les propriétés du chemin Louis-Riel situées près des terres contaminées est bien accueillie par l'un des propriétaires, Jean-Guy Pinard.

Il se dit très heureux de l'ouverture dont font preuve les dirigeants de la Société dans ce dossier, notamment celle de son directeur général, Maurice Richard. Ce dernier a d'ailleurs récemment rencontré M. Pinard et sa conjointe afin de leur faire part de l'intérêt de son organisation.

«C'est une bonne nouvelle. Je suis content qu'il y ait enfin une instance gouvernementale qui s'occupe de nous autres. Mon opinion, c'est que c'est grâce à Maurice [Richard]. C'est un homme près du peuple. Nous sommes heureux de son écoute et de son ouverture», mentionne M. Pinard.

Il se retient cependant de sabler le champagne, car il ne sait pas combien on lui offrira pour sa propriété. Une firme professionnelle d'évaluation sera mandatée afin d'évaluer les propriétés concernées. Les résultats compris dans le rapport de la firme seront ensuite combinés à l'évaluation municipale pour présenter une éventuelle offre d'achat aux propriétaires concernés.

«Ils nous ont dit que l'évaluateur ne devrait pas tenir compte de l'aspect environnemental. C'est bien beau ça, mais moi, j'aimerais avoir un prix qui me permettra de me relocaliser dans une maison convenable», poursuit-il.

M. Pinard est d'ailleurs conscient qu'il ne sera pas en mesure de trouver un endroit similaire à celui où il vit avec sa conjointe depuis plus de trente ans. Réaliste, il est prêt à faire son deuil d'un havre de paix lui permettant de profiter des avantages de la campagne à quelques minutes de la ville.

«Je ne pourrai pas trouver un domaine comme ici. Je n'exige pas ça. J'ai 65 ans et j'ai une petite pension. Je veux donc trouver un endroit où je n'aurai pas besoin de débourser. Les prix des maisons ont tellement augmenté. Mais je suis confiant que ça va marcher», laisse-t-il tomber.

À la fin de l'année dernière, la sous-ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques avait présenté le plan d'action du ministre David Heurtel pour gérer cet épineux dossier à des représentants de la Santé publique, de la Ville de Bécancour et de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour. Ce dernier comporte des volets d'enquête, de gestion du site, de surveillance des eaux, de restauration du site et de communication.

Ce dossier n'est plus sous la supervision de la Direction régionale du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). C'est la sous-ministre elle-même qui en a hérité. Le ministre Heurtel a également confié un mandat d'enquête sur la gestion du dossier à la Direction de la vérification interne et des enquêtes administratives du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer