Terres contaminées: «Le ministère doit s'occuper d'eux»

Les terres contaminées sont situées sur le chemin...

Agrandir

Les terres contaminées sont situées sur le chemin Louis-Riel, à Bécancour.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bécancour) Le député de la Coalition avenir Québec (CAQ) de Nicolet-Bécancour estime que Québec doit venir en aide aux résidents du chemin Louis-Riel à Bécancour touchés par la contamination de terrains qui accueillaient autrefois l'usine Recyclage Aluminium et Alsa Aluminium. Cette aide pourrait passer par une relocalisation des résidents de ce secteur, croit Donald Martel.

La maison de Jean-Guy Pinard est située tout... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La maison de Jean-Guy Pinard est située tout près du site contaminé.

François Gervais, Le Nouvelliste

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

François Gervais, Le Nouvelliste

L'élu caquiste est allé à la rencontre de ces citoyens dont l'eau serait contaminée depuis plusieurs années. Rappelons que selon un rapport d'inspection, les cellules d'enfouissement de ce site ne sont pas étanches, laissant s'échapper des produits toxiques. Ces résidus réagissent lorsqu'ils entrent en contact avec l'eau souterraine, ce qui dégage des gaz toxiques et inflammables. 

Ce rapport note de plus que des eaux contaminées coulent dans le réseau hydrographique de Bécancour. Le ministère de l'Environnement travaille depuis 2009 à comprendre ce qui s'est passé en réalisant plusieurs études. Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, affirmait vendredi lors de son passage dans la région que son ministère a été proactif.

«J'ai rencontré Jean-Guy Pinard, le propriétaire qui est là depuis plus de trente ans. Je pense qu'il n'est plus à l'aise d'habiter là. Et je peux le comprendre», affirme Donald Martel. «Je vais demander au ministre de l'Environnement pour savoir ce qu'il compte faire avec ces citoyens.»

Alors que le ministère de l'Environnement confirme que l'eau souterraine a été contaminée, Donald Martel indique que Jean-Guy Pinard soupçonne également une contamination des eaux de surface. «Il y a un petit lac près de chez lui où il allait pêcher. Un été, il n'y avait plus de truites dans ce lac», souligne le député de la CAQ. «Je comprends très bien ses inquiétudes. Je crois que le ministère doit s'occuper d'eux.»

Donald Martel est d'avis que Québec doit entamer des négociations avec ces résidents «pour peut-être les exproprier et les relocaliser».

«Je pense que c'est envisageable comme possibilité. Lorsqu'il a été question de l'implantation de l'usine de Rio Tinto, il avait été question d'exproprier ces résidents», rappelle Donald Martel. «Le parc industriel de Bécancour, c'est dans ses projets de s'étendre.»

Le ministère de l'Environnement a aggravé la situation?

Bien qu'il soit incapable de prouver ses informations, Donald Martel indique qu'il a appris que le ministère de l'Environnement aurait procédé à des travaux dans ce secteur afin d'étudier la nappe phréatique. 

«Il aurait fait des perforations du sol, mais il y a des places où le ministère aurait percé les toiles installées pour protéger des fuites de produits toxiques», soutient le député. 

«Il s'agit d'une information qui m'a été donnée. Je veux explorer ça. Je n'accuse pas, mais est-ce que le ministère a fait des travaux qui ont empiré la situation? Si oui, c'est vraiment grave.»

Le député se demande, dans les circonstances, si le ministère de l'Environnement a caché des choses à la population. Il affirme qu'il ne peut demeurer inactif devant cette information qu'il a reçue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer