Direction Champlain pour les déchets

Au lieu d'être acheminés vers Saint-Étienne-des-Grès, les déchets... (Photo: Francois Gervais)

Agrandir

Au lieu d'être acheminés vers Saint-Étienne-des-Grès, les déchets seront dirigés vers le lieu d'enfouissement technique de Champlain.

Photo: Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Étienne-des-Grès) Le contenu des poubelles de la région sera finalement acheminé vers le lieu d'enfouissement technique de Champlain, et ce, jusqu'à ce que la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie ait terminé ses travaux en cours et que le ministère lui redonne un certificat d'autorisation pour exploiter le LET de Saint-Étienne-des-Grès.

Le conseil d'administration de la Régie annonce qu'il a finalement conclu une entente, la deuxième en six mois, avec l'entreprise Services Matrec inc. qui opère le LET de Champlain.

La Régie rappelle que ce lieu d'enfouissement appartient toujours à l'ensemble des municipalités de la Mauricie même si l'emplacement est utilisé par l'entreprise privée.

Cette fois-ci, toutefois, il n'y aura pas d'échanges de bons procédés, comme la première fois, alors qu'il n'en avait rien coûté en termes d'argent neuf à la Régie pour aller enfouir là-bas.

Cette fois-ci, la Régie va plutôt payer 45 $ la tonne plus taxes pour enfouir à Champlain, indique le président de la Régie, René Goyette. La perte n'est donc pas totale pour la Régie puisqu'elle continuera à demander 80 $ la tonne à tous ses membres comme d'habitude.

Comme le fait valoir M. Goyette, la situation ne durera de toute façon que quelques semaines.

Selon lui, les travaux qui sont à l'origine de tout ce brouhaha se termineront en effet le 15 octobre au plus tard, dit-il. «Nous travaillons maintenant six jours semaine et 12 heures chaque jour pour terminer les travaux», indique le président.

La Régie demande donc aux camions de collecte et de transport des matières résiduelles de se diriger vers le LET de Champlain dès le lundi 3 octobre pour disposer de leurs chargements.

Le conseil d'administration n'a pas retenu l'option de transporter les matières résiduelles vers d'autres installations à l'extérieur de son territoire puisque la Régie ne dispose pas d'un centre de transfert qui aurait permis d'organiser le transport des matières.

«Cette disposition est temporaire puisque le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques a annoncé son intention d'émettre un certificat après la fin de ces travaux», dit la Régie. Travaux qui consistent à construire 850 mètres de pipeline pour transporter les gaz émis par les puits de captation installés récemment.

L'aménagement de ce pipeline mettra fin aux odeurs pestilentielles qui envahissent Saint-Étienne-des-Grès et les environs depuis quelques semaines.

René Goyette précise que dès lundi soir, l'attaché politique du ministre David Heurtel et le député Marc H. Plante sont venus le rencontrer pour répondre aux questions que se posait la Régie face aux nouvelles exigences du ministère.

La firme de surveillance des travaux a été embauchée tel que le demandait le ministère, ajoute M. Goyette.

Lorsque le gaz des cellules d'enfouissement sera acheminé dans le nouveau pipeline pour être traité, la fin des travaux ne sera pas décrétée pour autant. D'autres sont à prévoir jusqu'au 20 juin, notamment une station de canalisation des odeurs, la gestion du lixiviat (jus des déchets) d'une des cellules et la tenue d'une nouvelle campagne d'échantillonnage de l'air.

Mais c'est peu après le 15 octobre que la Régie pourrait obtenir, malgré tout, le certificat permanent d'exploitation qu'elle convoite, précise le président Goyette. Ce certificat est toutefois conditionnel, rappelons-le, à ce que les problèmes techniques du LET de Saint-Étienne soient réglés.

Ce dernier se sentait heureux et soulagé, mercredi, de la tournure des événements et avoue qu'il a «eu une période de découragement» au pire de cette crise qui tire fort heureusement à sa fin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer