Herbe à poux: les Trifluviens vont en arracher cet été

Une lutte sans merci s'amorce à Trois-Rivières pour... (Photo: La Presse)

Agrandir

Une lutte sans merci s'amorce à Trois-Rivières pour éliminer ou contrôler au maximum la fameuse herbe à poux.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une lutte sans merci s'amorce à Trois-Rivières alors que la Ville s'allie au CIUSSS, au ministère des Transports, à Hydro-Québec et à la Chambre de commerce et d'industries, cet été, pour contrôler au maximum la fameuse herbe à poux.

Les citoyens sont invités à en arracher aussi puisque, contrairement à l'herbe à puce, l'herbe à poux ne crée pas de réactions à la peau quand on y touche.

La Ville de Trois-Rivières prend la chose très au sérieux au point d'affecter, pendant certaines périodes ciblées de la saison estivale, deux employés à plein temps à l'arrachage des plants d'herbe à poux là où les tondeuses ne peuvent les atteindre, comme c'est le cas le long des chaînes de rues, par exemple.

Au cours d'une conférence de presse conjointe tenue mercredi, Hydro-Québec a indiqué qu'elle allait tenir une expérience-pilote sous certaines de ses lignes de haute tension en milieu urbain en laissant pousser la végétation naturelle afin de créer de la compétition à l'herbe à poux. Ce moyen de contrôle naturel a été éprouvé avec succès à Laval.

Le conseiller municipal Jean-François Aubin a précisé au Nouvelliste que les zones choisies se situent dans les premiers quartiers ainsi que dans le district des Plateaux et que la Ville en profitera pour aménager quelques arbustes aussi dans les zones visées.

Comme le précise le CIUSSS, une personne sur sept est affectée par l'herbe à poux. Certaines en souffrent tellement qu'elles sont obligées de reporter des travaux ou des activités sportives à l'extérieur. La plante exacerbe les crises d'asthme, crée des éternuements et des écoulements nasaux. Bref, elle rend la vie misérable à bien des gens.

Elle génère aussi de l'absentéisme au travail, signale la directrice de la Chambre, Marie-Pier Matteau, en précisant qu'un carton d'information sera posté sous peu à tous les membres de la CCITR afin de les sensibiliser à arracher la plante ou à la tondre avant qu'elle ne soit en fleur, au mois d'août.

En collaboration avec ECOF, quelque 20 000 cartons d'information seront aussi distribués aux portes pour informer la population. Le carton contient notamment des photos de la plante à divers stades de croissance.

Le ministère des Transports, Mobilité durable et Électrification des transports du Québec verra de son côté à multiplier ses tontes dans les emprises des autoroutes 40 et 55 situées en milieu urbain.

L'intervention conjointe de la Ville et de ses partenaires est soutenue par une aide financière du Fonds vert dans le cadre du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer