L'étendue de glace dans l'Arctique atteint un plancher record

Les températures enregistrées au-dessus de l'océan Arctique pendant... (PHOTO AP/NASA)

Agrandir

Les températures enregistrées au-dessus de l'océan Arctique pendant les mois de décembre, janvier et février étaient de 2 à 6 degrés Celsius au-dessus des normales de saison.

PHOTO AP/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bob Weber
La Presse Canadienne

L'étendue de glace dans l'Arctique a atteint un plancher record pour une deuxième année d'affilée, ont révélé lundi la NASA et un centre de recherche américain.

Selon le Centre national de la neige et de la glace, l'étendue maximale de glace en Arctique avant le début de la fonte des neiges était de 20 000 kilomètres carrés de moins cet hiver que lors du précédent record établi... l'an dernier.

Les données sont compilées par satellite depuis 37 ans.

«Je n'ai jamais vu un hiver si chaud et si fou en Arctique», a déclaré par courriel le directeur du centre Mark Serreze. «La chaleur revenait sans cesse.»

Les températures enregistrées au-dessus de l'océan Arctique pendant les mois de décembre, janvier et février étaient de 2 à 6 degrés Celsius au-dessus des normales de saison.

Des températures situées au-dessus du point de congélation ont même été décelées au Pôle Nord.

Ce record survient également après 10 mois d'affilée de records de température mondiale.

Le phénomène El Nino a été particulièrement fort au cours des derniers mois dans l'océan Pacifique, ce qui a entraîné des températures plus douces sur plusieurs parties de l'Amérique du Nord.

Les scientifiques ne croient toutefois pas qu'El Nino soit responsable de la fonte des glaces en Arctique, mais ils soutiennent que la quantité de glace dans les régions nordiques est liée aux changements qui surviennent dans les climats au sud.

Ils suggèrent qu'une diminution de la glace affecte le tracé du courant-jet, un courant d'air en haute altitude qui souffle de l'ouest vers l'est entre les 30e et 45e parallèles. Un courant-jet plus hésitant serait associé à des pluies torrentielles et de la sécheresse au centre et au sud du continent.

Depuis le début de la surveillance par satellite dans les années 1970, la glace en Arctique fond à un rythme de 12 pour cent par décennie. L'Arctique se réchauffe à une cadence deux fois plus rapide que le reste du globe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer