Station de pompage Saint-Maurice: TransCanada pourrait déplacer ses équipements

Le maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau.... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Alors qu'il était inconcevable il y a quelques semaines à peine que TransCanada modifie l'emplacement de sa station de pompage Saint-Maurice, voilà que l'entreprise se dit désormais ouverte aux préoccupations de la Municipalité de Saint-Maurice.

Elle affirme maintenant évaluer la possibilité de déplacer ses équipements prévus dans le projet Énergie Est.

Le maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau, souhaite que TransCanada déplace la station de pompage du projet Énergie Est pour éviter la pollution sonore. Selon les plans actuels, cette station serait située sur le territoire de Trois-Rivières à la limite de la municipalité de Saint-Maurice.

Or, ce site choisi à l'origine par TransCanada est tout près d'un développement domiciliaire de Saint-Maurice. Afin de limiter les impacts sur la population, la Municipalité désire qu'on la déplace dans un secteur éloigné des résidences actuelles et futures.

L'entreprise ne voulait pas, jusqu'à tout récemment, modifier l'emplacement. Elle vient toutefois de changer son fusil d'épaule et démontre une ouverture.

«On examine les options pour déplacer la station de Saint-Maurice», affirme Jonathan Abecassis de TransCanada en indiquant que cette ouverture s'inscrit dans un changement de ton de l'entreprise à l'origine du projet Énergie Est.

«Si c'est faisable, c'est possible qu'on puisse le faire.»

La Municipalité de Saint-Maurice et TransCanada ont eu quelques rencontres notamment pour aborder cette question. Le maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau, confirme que l'entreprise a démontré de l'ouverture à changer l'emplacement de la station de pompage il y a trois semaines.

«C'est une bonne chose pour Saint-Maurice. Cette station est sur le territoire de Trois-Rivières, mais ce sont nos citoyens qui vivraient avec les conséquences... avec le bruit», souligne M. Bruneau.

Le maire demande que cette station soit déplacée plus à l'est, dans un secteur boisé. «Les arbres sont un coupe-son naturel», précise-t-il. «C'est le temps de faire la planification. Lorsque l'oléoduc sera installé, nous ne pourrons plus revenir en arrière. Il en va de la qualité de vie de nos citoyens.»

Par ailleurs, les lacunes dans les activités de surveillance des oléoducs par l'Office national de l'énergie (ONE) révélées par la commissaire à l'environnement et au développement durable n'inquiètent pas outre mesure le maire de Saint-Maurice.

«Que ce soit par oléoduc, bateau ou train, il faut transporter le pétrole. Il y en aura toujours. Et le risque zéro n'existe pas.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer