La RGMRM conforme aux normes sur le bruit

L'impact sonore de la Régie sur les résidents... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'impact sonore de la Régie sur les résidents est conforme aux normes, actuellement.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Étienne-des-Grès) L'impact sonore des activités de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie durant le jour serait conforme aux normes du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Une étude commandée à la firme SoftdB vient d'être publiée sur le site web de la Régie. Pour évaluer cette conformité, la firme a prélevé, les 4 et 5 novembre derniers, des mesures aux deux résidences situées le plus près des activités de la Régie, donc les plus susceptibles d'être affectées par le bruit.

Comme le précise l'étude, «les opérations de la RGMRM étaient régulières durant la période de mesures.» La durée des relevés sonores étaient de 24 heures au minimum pour chacune des stations.

Ce que craignent les résidants de Saint-Étienne, c'est que le bruit s'accentue et devienne éventuellement intolérable si la Régie obtient l'autorisation du ministère de procéder aux travaux de modification de la géométrie de la zone d'enfouissement.

La municipalité craint, rappelons-le, que les cellules soient plus hautes, avec la nouvelle géométrie, soit au-dessus de la cime des arbres, ce qui faciliterait la diffusion du bruit.

De son côté, la Régie a émis un communiqué, hier, selon lequel le projet qu'elle veut réaliser n'augmentera pas le nombre de camions ni même la quantité de déchets. La hauteur des cellules serait maintenue à 111 mètres au-dessus du niveau de la mer. Seules les parois des cellules seront plus élevées.

La Régie affirme que les opérations d'enfouissement ne seront pas plus visibles qu'elles le sont actuellement et que le lieu d'enfouissement ne se rapprochera pas des résidences habitées. Au contraire, il serait plus éloigné des résidences situées à l'ouest et au nord du lieu d'enfouissement, affirme aussi la Régie.

Le projet, rappelle la RGMRM, «vise à diminuer de plus du tiers la surface au sol utilisée et de réduire de 20 millions $, à terme, la facture que doivent assumer les citoyens de la région pour l'enfouissement des matières résiduelles.»

La municipalité a toujours maintenu que ces 20 millions $ d'économies se traduisent par à peine 4 $ la porte, ce qui ne justifie pas, selon elle, les risques envers la qualité de vie des citoyens encourus par la Régie pour exécuter son projet.

Rappelons que cette dispute entre Saint-Étienne et la Régie est présentement devant la cour supérieure. La cause sera entendue les 18, 19 et 20 janvier prochains à Shawinigan.

Plusieurs documents sont disponibles sur le site de la Régie en cliquant sur l'icône placé en page d'accueil et intitulé Modification de la géométrie de la zone d'enfouissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer