Eaux usées: les îles de Sorel et Berthier ont encaissé le coup

Gilbert Cabana...

Agrandir

Gilbert Cabana

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Université du Québec à Trois-Rivières, qui a étudié les impacts du déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées effectué par la Ville de Montréal dans le fleuve, il y a quelques jours, a dénoté une augmentation des coliformes fécaux à la pointe de l'île de Montréal. Mais ce qui a le plus surpris les chercheurs, dans le cadre de cette étude commanditée par le réseau ICI-RDI, ce sont les relevés obtenus dans les îles de Sorel et Berthier.

Ce filtre naturel riche en végétation, à travers lequel passe le fleuve pour se déverser dans le lac Saint-Pierre, était tout aussi pollué avant que pendant et après le déversement, si l'on en croit les analyses effectuées par les scientifiques de l'UQTR.

Les prélèvement ont été faits à 19 endroits dans le fleuve par le professeur Gilbert Cabana du département de chimie, biologie et physique entre la pointe de l'île de Montréal et Bécancour.

Afin de comprendre l'impact du déversement, le professeur Cabana et son équipe ont fait des prélèvements avant l'événement puis pendant et après.

Selon RDI, il en ressort qu'en aval, c'est-à-dire vis-à-vis Trois-Rivières et Bécancour, le déversement de Montréal n'a pas eu d'impact.

Ces constats pourraient signifier que les îles de Sorel et Berthier ont filtré le plus gros du déversement et filtrent d'ailleurs à l'année longue tout ce qui est déversé chaque jour des égouts de Montréal directement dans le fleuve après un dégrillage grossier des plus gros objets.

Or cette zone riche en faune et en flore, qui fait partie de la Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre, est la plus importante halte migratoire pour la sauvagine du fleuve Saint-Laurent et abrite la plus importante héronnière en Amérique du Nord.

Il aura fallu ce déversement fort médiatisé pour comprendre, ou du moins mettre en évidence, dans quel milieu toxique évoluent les oiseaux, les plantes, les poissons et autres animaux de ce secteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer