Ottawa suspend le déversement d'eaux usées dans le Saint-Laurent

Le gouvernement canadien a suspendu sine die mercredi le projet de la mairie de... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le gouvernement canadien a suspendu sine die mercredi le projet de la mairie de Montréal de déverser 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent, estimant que ses répercussions environnementales risquent d'être «assez grandes».

Invoquant le fait que les données sur ces répercussions étaient «limitées», le gouvernement a annoncé qu'un expert indépendant serait chargé de réaliser dans les plus brefs délais un examen scientifique de toute l'information liée à ce projet décidé par la mairie de Montréal dans le cadre de la construction d'une nouvelle décharge à neige.

Le maire de la deuxième plus grande ville du Canada, Denis Coderre, avait autorisé au début du mois le déversement, estimant qu'il n'aurait que «peu d'impact» sur l'environnement.

Ces rejets d'égouts et de toilettes dans le fleuve devaient avoir lieu à compter de dimanche et durer une semaine en raison de travaux dans une décharge à neige sous laquelle se trouve une conduite acheminant en temps normal ces eaux usées vers une station d'épuration.

La mairie de Montréal avait aussi invoqué l'urgence de terminer cette décharge à neige avant l'arrivée de l'hiver.

Annoncée par le ministre fédéral des Infrastructures, Denis Lebel, la décision du gouvernement intervient à cinq jours des législatives canadiennes et au moment où ce projet suscite la controverse. Une pétition contre ce déversement déposée mardi à la mairie de Montréal a recueilli 90.000 signatures.

Le maire de Montréal a réagi vivement à cette décision, accusant le gouvernement conservateur sortant de faire «de la politique sur le dos des Montréalais» et «d'utiliser ce dossier pour des fins électoralistes».

Montréal, a-t-il dit, est victime d'une «injustice», puisque les villes de Toronto et de Victoria déversent chaque année des quantités beaucoup plus importantes d'eaux usées dans le lac Ontario et l'océan Pacifique, sans que le gouvernement fédéral n'ait jamais sévi.

Prenant sa source dans les Grands Lacs, le Saint-Laurent se jette dans l'Atlantique nord, dans le golfe qui porte son nom, après avoir parcouru 1.100 km. On y recense 64 espèces d'animaux terrestres, 19 espèces marines, dont des dizaines de baleines et l'unique colonie de bélugas en-dehors de l'Arctique, 80 sortes de poissons et 399 types d'oiseaux différents. Le Saint-Laurent fournit également 45% de l'eau potable consommée par les huit millions de Québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer