L'eau potable de Saint-Étienne-des-Grès contaminée aux nitrites et aux nitrates

L'eau de quinze résidences à l'est de l'autoroute... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'eau de quinze résidences à l'est de l'autoroute 55 à Saint-Étienne-des-Grès, principalement sur l'avenue Ringuette et le chemin des Grès, présente des concentrations de nitrites et de nitrates qui dépassent la norme de concentration maximale.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Étienne-des-Grès) L'eau de quinze résidences à l'est de l'autoroute 55 à Saint-Étienne-des-Grès, principalement sur l'avenue Ringuette et le chemin des Grès, présente des concentrations de nitrites et de nitrates qui dépassent la norme de concentration maximale.

Pour sept de ces résidences, cette concentration est même supérieure de deux à cinq fois la norme. Ces grandes concentrations peuvent entraîner de très graves problèmes de santé, notamment chez les nourrissons, pouvant même entraîner leur mort. 

Cette découverte a été réalisée lorsque des analyses ont été effectuées afin de déterminer les concentrations de chlorure et de sodium présentes dans l'eau des puits de ce secteur de Saint-Étienne pour comprendre l'étendue de la «contamination» par les sels de déglaçage utilisés par le ministère des Transport du Québec.

Jeudi soir, 72 résidents de Saint-Étienne-des-Grès ont participé à une rencontre réunissant les élus municipaux, mais aussi les représentants des ministères des Transports et de l'Environnement, ainsi que de la santé publique. Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, assistait également à cette importante rencontre.

Véronique Bérard du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, a présenté les résultats d'analyses qui démontrent la forte concentration de nitrites et de nitrates. «Il s'agit pour nous d'une surprise. Nous ne savons pas d'où ça vient et nous devons pousser plus loin la recherche», a-t-elle mentionné. 

Deux causes sont toutefois identifiées comme les plus probables, soit des installations sanitaires déficientes ou une mauvaise utilisation de fertilisants agricoles. Or, les résidences de ce secteur ont des fosses septiques et une terre agricole est exploitée à proximité.

Les quinze résidences dont la concentration de nitrites et de nitrates dans l'eau dépasse la norme ne doivent pas la consommer. Le Dr Marco Desjardins de la Santé publique est venu expliquer les risques sur la santé humaine des nitrites et des nitrates. Il soutient que des concentrations trop élevées peuvent entraîner le syndrome du bébé bleu (méthémoglobinémie), causé par la diminution du transport d'oxygène dans le sang, qui peut causer son décès.

De plus, le médecin précise que de récentes recherches indiquent que la consommation de nitrites et de nitrates peut amener des problèmes de thyroïde. Une consommation à long terme peut également être à l'origine de cancers.      

Les analyses d'eau notent de plus une concentration élevée de chlorure et de sodium notamment dans le secteur de la rue Duplessis. Par ailleurs, l'eau du secteur analysé a généralement un ph acide, ce qui peut, combiné au sel, favoriser la corrosion, dont celle des tuyaux. Plusieurs résidents se plaignent d'ailleurs de cette problématique.  

Le ministère des Transports avoue toutefois que plus une résidence est près de l'autoroute ou de la bretelle d'accès, plus son puits risque de présenter de grandes concentrations de chlorure et de sodium. Le Dr Desjardins a de plus affirmé que la consommation de chlorure et de sodium, les deux éléments chimiques qui composent le sel, n'est pas dangereuse pour une personne en bonne santé. Évidemment, cela ne s'applique pas, pour le sodium, aux personnes qui ont des problèmes de pression artérielle ou d'insuffisance cardiaque.

Plusieurs citoyens de Saint-Étienne-des-Grès présents à la rencontre de jeudi soir ont malgré tout manifesté plusieurs inquiétudes quant aux effets sur la santé humaine des importantes concentrations de sodium, de chlorure, de nitrates et de nitrites. Certains se demandent si cela à un lien avec leurs problèmes de santé ou même le décès d'un proche. 

En terminant, le maire de la municipalité, Robert Landry, affirme que la situation est «prise très au sérieux».

D'autres échantillonnages doivent être réalisées prochainement. Par la suite, de nouveaux échantillonnages seront effectués aux trois semaines afin de connaître l'évolution de la situation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer