Le projet d'oléoduc préoccupe la Ville de Trois-Rivières

La Ville de Trois-Rivières entend participer aux audiences... (Photo d'archives)

Agrandir

La Ville de Trois-Rivières entend participer aux audiences de l'Office national de l'énergie (ONE) afin de faire valoir ses préoccupations au sujet du projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada, qui doit notamment, selon le tracé préliminaire, traverser la rivière Saint-Maurice.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières entend participer aux audiences de l'Office national de l'énergie (ONE) afin de faire valoir ses préoccupations au sujet du projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada, qui doit notamment, selon le tracé préliminaire, traverser la rivière Saint-Maurice. Les élus municipaux ont adopté mardi une liste de demandes adressées à TransCanada qui concernent la sécurité, la protection de l'environnement ainsi que les dépenses supplémentaires encourues par la Ville.

«La Ville va soumettre des documents aux audiences pour parler de nos inquiétudes et des changements au projet qu'on aimerait voir apporter», explique Yvan Toutant, porte-parole à la Ville de Trois-Rivières, qui souligne que les principales inquiétudes de la Ville concernent le passage de l'oléoduc sous la rivière Saint-Maurice.

«La rivière est notre prise d'eau potable et il y a du ruissellement vers la nappe phréatique», ajoute-t-il en affirmant que la Ville n'est pas contre le projet, mais que cette démarche consiste à améliorer la sécurité.

La Ville demande à TransCanada de prévoir, afin d'éviter la contamination des sols, des réservoirs et des bassins de récupération d'hydrocarbures, ayant un volume suffisant, le long de l'oléoduc et à la station de pompage prévue près de la sortie 210 de l'autoroute 40.

De plus, l'installation de clapets antiretour est souhaitée dans les sections descendantes de l'oléoduc près des sources d'approvisionnement en eau potable et des milieux humides.

L'amélioration de la sécurité de la traversée de la rivière Saint-Maurice est également demandée par la Ville, soit «en gainant ou doublant la conduite et en prévoyant des bassins de confinement de part et d'autre de ce cours d'eau» et en dotant l'oléoduc à cet endroit d'un système de détection des fuites.

La résolution adoptée par les élus mardi soir prévoit de plus que TransCanada finance une évaluation indépendante sur les impacts de déversements sur «la prise d'eau potable de la rivière Saint-Maurice» et les zones de recharge des puits et les secteurs à protéger pour recherche d'eau potable. Les élus souhaitent également que l'entreprise modifie son tracé «afin de contourner les milieux humides».

De plus, TransCanada est invitée à compenser la Ville pour les frais supplémentaires qu'elle doit encourir. La résolution adoptée mardi demande que l'entreprise «protège et aménage, sur le territoire trifluvien, une superficie de milieux naturels de haute valeur écologique équivalente à l'emprise déboisée pour l'oléoduc».

Trois-Rivières demande aussi que l'entreprise rembourse les «frais inhérents à la mise à jour des outils municipaux de planification, notamment le schéma de couverture de risques, ainsi que les frais associés à la formation du personnel et l'acquisition d'équipements pour la sécurité» des citoyens et de l'environnement.

En terminant, on souhaite à la Ville la création d'un fonds de rétablissement des sites contaminés par les activités de TransCanada, «au-delà des assurances responsabilité».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer